Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


146 postes supprimés lors de la fusion des 3 compagnies de Hop!


La direction de Hop! revoit à la baisse le nombre de suppressions de postes lié à la fusion des compagnies Brit Air, Regional, et Airlinair. Au comité d’entreprise (CE) de BritAir qui s'est tenu ces 15 et 16 octobre, elle a finalement annoncé le suppression de 146 postes au lieu de 245, dont 58 à Morlaix. Elle affirme qu'il n'y aura pas de licenciements.



La fusion des trois compagnies sera effectivement au 1er avril 2016 et comme cela avait été avancé la semaine dernière, la fusion de Brit Air (Morlaix), Regional (Nantes), et Airlinair (Rungis) aura des conséquences moins importante sur l'emploi. Hop! Air France prévoit la suppression de 146 postes contre 245 auparavant. Le site de Morlaix va ainsi perdre 58 postes au lieu d'une centaine. L'intersyndicale des personnels au sol a réagi dans les pages du journal Le Télégramme : "Le côté positif, c'est que la direction générale de la maintenance reste. On nous assure du travail pour la maintenance jusqu'en 2018... Mais après ? Pour l'instant, c'est l'état de choc, l'attente. La colère viendra après. C'est dur pour ceux qui se sont battus et qui, au final, perdent leur poste. Ce n'est pas parce que la casse est moins importante qu'on est satisfait. De gros points restent encore en suspens avec, entre autres, les conditions de mobilité et les risques de sureffectif sur les sites. On n'a pas eu toutes les infos".

Directeur général de Hop! Brit Air, Georges Daher s'est voulu rassurant pour le site de Morlaix: "La fin du site n'était pas dans nos projets et toutes ces actions le montrent. Les salariés étaient forcément inquiets, il y avait beaucoup d'attente. Les informations seront données au fur et à mesure et l'accompagnement a déjà commencé à se mettre en place. Quant aux départs, ils n'interviendront pas avant avril. Nous restons sur une base de volontariat, il n'y aura pas de licenciements forcés, chacun doit trouver sa place".