Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 13 Novembre 2014

Aérien: une taxe pourrait s'en aller, d'autres augmentent


Faut-il y voir la mise en doute de la parole publique, mais toujours est-il qu’une année sans nouvel impôt n’existe plus. Dernier exemple en date, les députés ont voté l’exonération, à partir de 2016, de la TAC, la taxe de l’aviation civile (12,2€), qui s’appliquait aux passagers en correspondance sur un aéroport français.



La proposition, qui émanait de Bruno le Roux, le patron des députés socialistes à l’Assemblée Nationale, ne serait que la première étape d’un plan de compétitivité pour le pavillon français, en grande difficulté. Face à Londres ou à Francfort, les aéroports de Paris sont souvent qualifiés de trop chers par les compagnies européennes. Jean Pierre Sauvage, lors de la dernière assemblée du BAR France (Board of représentative Airlines) avait d’ailleurs souhaité « une mise à plat complète de la fiscalité aérienne ».

Mais voter n’est pas jouer. Ségolène Royal s’est fermement opposée à cet amendement qui ferait perdre pas mal d’argent à l’Etat, entre 85 et 100 millions…. Et la Ministre affirme que « l’arbitrage de l’Etat sur ce sujet n’étant pas encore rendu, la mise en place de cette exonération est compromise». Il est vrai que la TAC participe à hauteur de 88 millions au budget de l’état. Et Bruno le Roux ne le cache pas "il faudra compenser cette perte"

Une taxe qui disparaît - peut être - c’est une taxe qui apparaît ! Pour tenir les engagements pris à Bruxelles (3,6 milliards d’économie sur le prochain budget), voilà qu’arrive un train de hausses qui touchent directement le transport : augmentation de la taxe sur les aéroports, sur les nuisances sonores, les résultats de la SNCF et apparition possible d’une nouvelle taxe sur le fret au départ de Paris. Elle viendrait en complément des 1,30 € par tonne de fret aujourd’hui compris dans la taxe de l’aviation civile.

Enfin, plusieurs députés se demandent s'il ne faudrait pas moduler les frais d'escale des compagnies en fonction de l'heure d'arrivée à CDG ou Orly. Plus le trafic est encombré, plus les frais aéroportuaires seraient élevés. Du pire délire !


Qui sommes nous ? - Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires et sites recommandés : Vacances Pratiques, twitter, Google France, Santé voyage

Numéro de Commission Paritaire des Publications et Agences de presse : 1221 W 90128
Numéro d' ISNN - 2105-049X - Numéro de déclaration à la CNIL : 1391313

 

 Deplacements Pros.com est membre du Syndicat de la Presse d'information en ligne (Spiil).

Deplacements Pros.com est membre du Centre Français d'Exploitation du Droit de la Copie.

Merci de le signaler à votre entreprise afin qu'elle rajoute Deplacements Pros.com sur sa liste des sources d'informations consultées par son personnel.