Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Aéroport de Dakar : le grand bazar tous les soirs


L'aéroport de Dakar est-il en train de devenir le pire de toute l'Afrique de l'Ouest ? Depuis quelques mois, la hausse du trafic aérien après 21 heures entraîne des complications extrêmes, tant à l'enregistrement qu'au débarquement des passagers qui arrivent au Sénégal. En cause, l'arrivée de plusieurs appareils dans un laps de temps très court et une désorganisation totale de la logistique au sol.



Aéroport de Dakar : le grand bazar tous les soirs
Air France, Corsair, Iberia ou Brussels Airlines... Ce ne sont que quelques-uns des appareils qui atterrissent à Dakar après 20 heures. A priori, selon les autorités de l'aéroport Léopold Sedar Senghor, tout est prévu pour que le croisement des passagers se fasse de la façon la plus fluide possible. Prévu ? Mais pas totalement assuré à en croire les voyageurs d'affaires qui considèrent que quitter Dakar en avion reste toujours un exercice compliqué. Pire, pour ceux qui arrivent avec des bagages, il faut parfois attendre plus d'une heure voire deux avant que les valises puissent être récupérées. Ajoutons à cela la confusion à la douane et à la police… Le tableau est complet.
Cette situation, constatée maintenant depuis des semaines, touche même les salariés et les vacataires de l'aéroport. Si 300 bagagistes équipés de chariots sont officiellement accrédités, seule une dizaine d'entre eux peut accéder aux avions pour les décharger. D'où les retards constatés au moment de la livraison des bagages. Les chauffeurs de taxi, victime d'une concurrence le plus souvent clandestine, dénoncent également la corruption qui règne autour de l'aéroport. "Il suffit d'un petit billet pour trouver comment accélérer le tout", reconnaît anonymement un cadre français installé au Sénégal. Pour les autorités sénégalaises, ces critiques sont parfois exagérées, même si la direction des transports reconnaît qu'il faudra très rapidement mettre en place de nouvelles mesures permettant un meilleur accès aux avions. Pour l'instant, on vous invite le plus souvent à patienter et à profiter de l'Afrique : "Prenez votre temps, nous savons accueillir les amis qui nous rendent visite" est devenue une phrase clé de la gestion aéroportuaire locale.