Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France : 26 milliards d'impact économique en France


Une étude de l'école de commerce EM Strasbourg, reprise par les Echos, démontre que l’impact économique d’Air France est de 26 milliards dans l’Hexagone. Environ 356.000 emplois dépendent de la compagnie.



Air France : 26 milliards d'impact économique en France
Afin de connaître l’impact économique d’Air France, Herbert Castéran de l’école de commerce EM Strasbourg, a additionné les rémunérations des salariés de l'entreprise, les dépenses de fonctionnement, les taxes et redevances versées par la compagnie mais également les sommes dépensées par les passagers transportés et les emplois indirects. A la fin de ce calcul complexe, proche de l’inventaire de Prévert, l’enseignant-chercheur est parvenu à un résultat de 26,166 milliards d'euros d’impact économique. Cela représente 0,58 % du PIB français. Le transporteur joue également un rôle dans15 millions de séjours. Un client d'Air France représenterait 1 717 euros de retombées économiques pendant son déplacement. Il serait ainsi plus "rentable" qu'un passager de low-cost. En effet, plusieurs recherches commandées par des chambres de commerces ont estimé que les compagnies à bas-coût apportaient environ 300 euros de retombées économiques par passager. De plus, les employés d'Air France contribuent à l'impact économique de leur entreprise à hauteur de 4,9 milliards d'euros. Il faut ensuite ajouté 3,4 milliards d'euros de dépenses diverses et 1,55 milliard de taxes et redevances aéroportuaires versés par la société. «L'impact d'un compagnie aérienne nationale dépasse la seule création de trafic. Par ailleurs, Air France dépense un peu plus que la moyenne», a expliqué Herbert Castéran selon Les Echos
Dans ce calcul, il faut aussi prendre en compte les 294 541 emplois induits par l’entreprise française. «Cependant, on observe d'importantes disparités d'impact d'une région à l'autre», ajoute le chercheur. Par exemple, 44 % des postes indirects sont situés en Ile-de-France mais ce taux est seulement de 6 % en Aquitaine et en Rhône-Alpes.