Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France condamnée pour les accords mis en place sur ses Bases Province


A l’initiative du SUD Aérien, Air France était poursuivie pour les règles d’utilisations et de rémunérations mises en place sur ses escales Province (Marseille, Nice, Toulouse) en octobre 2011 pour son Personnel PNC. La Cour d’appel de Paris a condamné la compagnie le 14 octobre 2013.



Air France condamnée pour les accords mis en place sur ses Bases Province
La Cour d’appel de Paris a condamné Air France qui doit désormais appliquer aux PNC des Bases Province de Marseille, Nice et Toulouse les mêmes accords qu’à leurs collègues de la Région parisienne. «En octobre 2011, pour baisser le coût du travail, la Direction avait imposé, de manière unilatérale, des règles différentes aux PNC installés dans ces bases, après avoir tenté en vain d’imposer aux organisations syndicales un accord dérogatoire», explique SUD Aérien dans un communiqué daté du 15 octobre.
Le transporteur doit également verser 3000 € au Syndicat SUD Aérien pour préjudice moral ainsi que 2500 € à Sud Aérien, au SNPNC, à UNSA-SMAF. «Même si les nouveaux accords Transform 2015 signés par certains syndicats amoindrissent la portée de cette victoire, elle est néanmoins importante vis à vis d’une Direction qui se croit toujours au-dessus des lois», conclut SUD Aérien. La compagnie n'a pas encore réagi à cette condamnation.






1.Posté par bonnefoy le 17/10/2013 14:15
Ne s'agit-il pas là d'une stratégique occasion pour Air France de liquider ses bases? Ou une action d'un goût amer pour les personnels navigants basés en Province et qui ont accepté les dites conditions en contre partie de repos et une vie plus agréable peut être?? Pourquoi les intéressés n'ont n'y été sondés par l'Entreprise ni les syndicats?

2.Posté par parislive le 17/10/2013 19:09
Les intéressés n'ont pas été sondés parce que nous sommes en France, que les syndicats décident de tout pour leur propre intérêt et non plus ceux des salariés qu'ils ont oublié depuis bien longtemps. Il n'ya qu'à voir les décisions récentes suite à des plaintes des syndicats concernant Séphora, Monoprix, Bricorama,...
Les salariés qui seront mis à la porte suite à cette décision ne pourront que les remercier. Cependant je crains qu'ils ne pertubent pas les délégués syndicaux aux horaires et à la charge de travail plus qu'allégée !