Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France : pour le SNPL Air France Alpa, il ne s'agit pas de surenchère mais d'équité


"Nous n'avons jamais dit que nous voulons avoir plus que ce qui a été négocié, nous disons simplement que les efforts doivent être les mêmes à tous les échelons de la compagnie". Louis Jobard, porte parole du SNPL Air France Alpa entend nullement envenimer une situation qui ne l'est pas. Son souhait : que chacun fasse des efforts identiques et que tous œuvrent ensemble pour la relance du court et moyen courrier.



"Nous avons accepté de faire des efforts de productivité pour la relance de la compagnie et le retour à l'équilibre du moyen courrier qui perd de l'argent", précise d'emblée Louis Jobard pour expliquer le coup de colère des pilotes. Il souligne que même si les pilotes travaillaient gratuitement, cette partie de l'activité d'Air France continuerait à subir des pertes financières importantes. Le SNPL rappelle qu'il a été le premier syndicat à signer un accord avec la direction d'Air France pour l'application du projet Transform 2015. "A cette occasion nous avons d'ailleurs mis en place un observatoire de la transformation dont la finalité était d'analyser très régulièrement les efforts engagés par toutes les catégories de personnel et de faire en sorte que chacun participe de façon identique aux objectifs fixés à savoir une amélioration de 20 % de la productivité personnelle et collective. Aujourd'hui, l'accord qui vient d'être signé chez les PNC - et dont nous ne connaissons pas forcément tous les détails - doit être clairement publié afin que nous puissions valider que chacun fasse le boulot". Pour le syndicat de pilotes, on ne peut pas privilégier les baisses de salaires au détriment de la productivité, les deux doivent aller ensemble. Mais au-delà, le SNPL Air France Alpa ne veut pas entrer dans une boucle du toujours plus. Louis Jobard est formel, "Nous nous sommes engagés sur une date 2015, elle doit être respectée pour toutes les catégories de personnel, que ce soit au sol ou dans les avions". Faute de quoi, pour le SNPL, on se retrouverait vite dans la situation d'Iberia "où l'on constate que British privilégie Vueling plutôt que la maison mère". On comprend à demi mot la menace avec l'arrivée de HOP! ou le développement de Transavia. Pour l'heure, le SNPL Air France Alpa attend de connaître les contours précis de l'accord PNC pour se prononcer. Les pilotes veulent être pragmatiques et s'adapteront au mieux disant, conscient qu'il faut à tout prix défendre le redressement de la compagnie française.

Pour info, ci dessous le PDF de "L'Echo des Pilotes" N)30, qui détaille la position du SNPL Air France Alpa

l__echo_des_pilotes_n_30.pdf L'Echo des Pilotes n°30.pdf  (202.62 Ko)