Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France sourit en Chine mais s’inquiète en France


Alexandre Juniac, nouveau patron d’Air France, a confié au journal chinois China Daily que le chiffre d’affaires de la compagnie devrait doubler en Chine d’ici six ans. Mais son optimiste sur le futur est moindre lorsqu’il s’adresse à ses salariés français. Pour lui, le groupe est dans une situation financière inquiétante.



Air France sourit en Chine mais s’inquiète en France
La Chine est un pays important pour Air France. La croissance dans ce pays a été deux à trois fois plus rapide que dans le reste du monde durant les trois dernières années. C’est ce qu’a expliqué le nouveau PDG de la compagnie Alexandre Juniac au journal China Daily dont les propos ont été publiés le 2 décembre 2012. Il y estime que «Notre chiffre d'affaires doublera en à peu près six ans si cette dynamique de croissance continue». Air France multiplie donc les projets chinois. Ainsi en avril, elle ouvrira une nouvelle route vers Wuhan. Le transporteur a pris pour la première une égérie chinoise, la danseuse étoile Zhu Yan, et prévoit la mise en service d’un A380 entre Paris et Shanghai en 2012.
Mais si Alexandre Juniac se montre confiant en Asie, il l’est beaucoup moins pour l’avenir de la société lorsqu’il est sur le sol français. L’organisation intersyndicale d’Air France Unac a révélé, le 2 décembre 2011, des extraits du Comité central d'entreprise du 24 novembre où le patron faisait part de son inquiétude aux salariés. «Le groupe Air France a subi une perte d'exploitation de 366 M€ venant après deux années précédentes de pertes». Il a poursuivit «Il est extrêmement préoccupant qu'une maison comme Air France ne puisse pas dégager de résultat d'exploitation. Dégager du résultat est la condition de la survie de cette maison». Il a précisé aussi qu’ Air France a une dette de 6,5 milliards d'euros et que cette situation la mettait en difficulté sur les marchés financiers qui commencent à douter de ses capacités : «Avoir une dette qui augmente et des doutes sur notre capacité à rembourser est plus qu'inquiétant car on ne sait jamais comment la situation peut se retourner à quelques jours». Un plan d’économies qui aura pour objectif de redresser le groupe doit être présenté aux salariés et aux actionnaires en janvier 2012.