Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


EasyJet débarque une petite fille à cause d’une coupure à la joue


Les voyageurs d’affaires ont intérêt à ne pas se couper en se rasant avant de prendre l’avion. Un pilote d’EasyJet a refusé de laisser un couple monter dans l’avion car leur fille âgée de 19 mois avait une petite coupure sous l’œil. Il leur a expliqué que cette blessure pouvait s’aggraver pendant le vol.



EasyJet débarque une petite fille à cause d’une coupure à la joue
Les parents de Robyn, 19 mois, se préparaient à quitter l’île de Jersey, le 8 juin 2013, après un week-end prolongé lorsque la petite fille est tombée, se cognant la joue sur un radiateur. Après avoir consolé leur fille et jugé la blessure sans gravité, ils ont pris la direction de l’aéroport de l’île. Mais cette coupure sur la pommette a fortement inquiété l’équipage du vol EasyJet où ils avaient pris place pour rentrer à Newcastle. Le pilote leur a demandé de quitter l’appareil car la blessure pouvait peut-être empirer pendant le vol à cause de pressurisation de la cabine. «Nous avons dû quitter l’avion et nous avons été escortés jusqu’au terminal. Nos sacs nous ont été rendus. Il nous a été dit de refaire une réservation quand nous aurions un certificat médical, mais le vol suivant était 3 jours plus tard», explique la maman au Morpeth Herald. C’est finalement un employé de Servisair, entreprise de services au sol de la plate-forme, qui a aidé la famille à trouver une solution d’hébergement pour les trois jours suivants. Le lendemain, la petite fille a été examinée par un médecin étonné de la requête de la compagnie. Le certificat médical en poche, la famille a pu réserver sur le vol suivant par le biais d’un call-center. Mais ce contre-temps lui a coûté plus de 600 livres. Un porte-parole d’EasyJet a expliqué au journal «Nous sommes en contact avec la famille pour résoudre directement avec eux leur problème sur ces vols et nous leur avons assuré que les mesures prises par notre équipage avaient toujours pour préoccupation le bien-être de l’enfant».