Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 14 Décembre 2014

Hollywood veut s'attaquer aux pirates vidéo dans les avions



C'est une grande offensive qui se met en place aux USA autour du piratage vidéo. Hollywood veut s'attaquer à tous les sites qui incitent les utilisateurs à pirater des films ou de la musique. Et pour réussir cette bataille, l'industrie du cinéma veut s'installer dans les avions, un lieu considéré comme stratégique en raison du grand nombre de passagers qui chargent des films ou des albums pour les regarder en vol.



Pour la Motion Picture Association of America (MPAA), il faut porter le fer là où se trouvent les pirates. Pour l'organisation américaine, plus de 20 % des films piratés sont stockés sur des ordinateurs individuels et le plus souvent regardés dans des trains ou des avions. C'est en collaboration avec plusieurs compagnies aériennes américaines que devrait se mettre en place une première opération de sensibilisation au piratage qui pourrait s'accompagner d'un contrôle en vol effectué par un officier assermenté. Selon des sources citées par la presse américaine, il serait proposé aux passagers en possession d'un film piraté de verser une contribution volontaire de cinq dollars par film qui serait restituée sous forme de places de cinéma.

Cette opération ne serait mise en place que dans les vols domestiques américains. Il est encore difficile de valider la réalité des propos tenus par les représentants de la MPAA qui accusent Google d'être la porte d'entrée du piratage et qui demandent désormais officiellement que le moteur de recherche soit régulièrement contrôlé par des agents assermentés afin d'expurger les liens qui conduisent au téléchargement illégal.

Les majors veulent également mettre en place des marqueurs numériques permettant de remonter jusqu'à l'ordinateur des pirates y compris ceux qui utilisent aujourd'hui des logiciels pour masquer leur adresse IP. Pour autant, Hollywood ne veut pas effrayer celles et ceux qui achètent les DVD, véritables sources de revenus pour le cinéma. Au-delà de la campagne de sensibilisation, aucune information ne devrait être communiquée sur les moyens mis en place pour repérer les pirates.