Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 19 Août 2015

IATA : juin, un mois en demie teinte pour le transport aérien



L’Association du Transport Aérien International (IATA) a annoncé une hausse de 5,7% du trafic aérien en juin 2015. Un chiffre plus faible qu’en mai 2015 et ses 6,9 % de trafic supplémentaire enregistré.



Selon l’association, cette baisse s’explique par la période du ramadan qui a fait diminuer la demande au Moyen-Orient. La capacité en juin (nombre de sièges/km disponibles) a augmenté de 6,0 % et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 0,2% pour s’établir à 81,1 %.

Les transporteurs d’Asie – Pacifique affichent une augmentation de trafic de 6,8 % par rapport à l’année précédente. Les dernières données montrent que l’activité commerciale vers et depuis les pays émergents d’Asie est en baisse de 8% par rapport à la fin de 2014, alors que le secteur manufacturier de la Chine connait encore des difficultés à l’exportation.

En Europe, la hausse de trafic est de 4,1 % en juin, par rapport à juin 2014. La crise de la Grèce et les évènements au Maghreb n’ont pas freiné les déplacements aériens. Idem en Amérique du Nord où l’augmentation de trafic est de 2,7 %. La capacité a augmenté de 2,8% et le coefficient d’occupation a perdu 0,1% à 84,9%, ce qui demeure le taux le plus élevé parmi toutes les régions.

En Amérique latine, la hausse constatée est de 5,9% par rapport à juin 2014. La capacité était en hausse de 5,8 %, de sorte que le coefficient d’occupation a gagné 0,% pour s’établir à 79,6 %. Les volumes commerciaux de la région ont fortement augmenté durant la première moitié de 2015, ce qui a stimulé le secteur des voyages d’affaires internationaux, malgré la faiblesse économique au Brésil et en Argentine.

Enfin, en Afrique, la baisse de trafic est de 2,0% par rapport à juin 2014. Des chiffres qui confirment une situation économique complexe dans certaines parties du continent, dont le Nigeria qui dépend largement des revenus pétroliers. La capacité a diminué de 1,7% et le coefficient d’occupation a perdu 0,2 % pour s’établir à 67,1%.