Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


IATA réclame une coopération aéronautique autour du biocarburant


Lors de la conférence IATA Fuel Forum, qui a eu lieu à Paris du 15 au 17 novembre 2011, IATA a exhorté les acteurs de l’aéronautique (les gouvernements, les compagnies aériennes, les fournisseurs de carburant…) à travailler ensemble sur les carburants sa sécurité, l'environnement et les questions commerciales et surtout de se focaliser sur les biocarburants.



IATA réclame une coopération aéronautique autour du biocarburant
L’agence International Air Transport Association (IATA) a appelé les acteurs de l'aviation et les fournisseurs de carburant de travailler ensemble sur trois domaines essentiels pour l'innovation : la sécurité, l'environnement et les questions commerciales. «Le transport aérien a besoin de carburant qui est sûr, utilisé d'une manière écologiquement responsable, avec un approvisionnement fiable et à un coût raisonnable», a déclaré Tony Tyler, directeur général de IATA lors de son discours au IATA Fuel Forum, qui a eu lieu à Paris du 15 au 17 novembre 2011. Il a également fait remarquer que la création d'un manuel des normes mondiales sur la distribution du carburant et son stockage avec l'Organisation Aviation Civile Internationale (OACI) et l'Association du transport aérien (ATA) était un exemple de ce qui peut être réalisé lorsque les intervenants collabore ensemble. Il a ainsi exhorté une coopération similaire sur l'environnement et les questions commerciales.

Environnement : « Le carburant est étroitement liée à l'un des grands défis de l'aviation à réduire ses émissions de carbone. Les compagnies aériennes sont responsables de 2% des émissions de CO2 d'origine humaine. L’aviation doit être durable. Ce sera notre passeport pour croître et fournir la connectivité qui a transformé notre planète en une communauté mondiale. Nous avons adopté ceci avec l’engagement d’améliorer l'efficacité de carburant de 1,5% par an jusqu'en 2020, de plafonner les émissions nettes en 2020 et de les réduire de moitié d'ici 2050 par rapport aux niveaux de 2005», a déclaré Tyler. Pour lui il est important d'introduire des biocarburants durables à cet effort. «Les biocarburants durables sont sûrs, agréés et les compagnies aériennes les utilisent sur leurs vols commerciaux. Avec le potentiel de réduire l'empreinte carbone de l'aviation jusqu'à 80% sur le cycle de vie du combustible, les biocarburants durables ont le potentiel de modifier la donne. Mais ils sont encore onéreux et l'approvisionnement est limité. En d'autres termes, nous avons besoin de les commercialiser », a déclaré Tyler. «Il y a une opportunité pour nos deux fournisseurs traditionnels et les nouveaux entrants de se livrer à ce développement passionnant. Nous devons travailler ensemble et parler avec une voix commune. C'est la façon de convaincre les gouvernements de fournir les bonnes politiques à développer une industrie aéronautique autours des biocarburants . », a déclaré Tyler. Il a décrit six étapes pour les gouvernements pour promouvoir la commercialisation réussie des biocarburants durables: (1) favoriser la recherche de nouvelles sources de matières premières et des procédés de raffinage, (2) Investir des fonds publics et privés dans les biocarburants, (3) incitateur les compagnies aériennes à l'utilisation de biocarburants à partir d'un stade précoce, (4) encourager les acteurs à s'engager sur des critères écologiques internationaux surs, (5) tirer le meilleur parti des opportunités locales de croissance verte, et (6) encourager des coalitions englobant toutes les parties de la chaîne d'approvisionnement. "De telles politiques permettraient augmentation des volumes et de réduire les coûts, exactement ce qu'il faut pour avancer. Et en ce moment d'incertitudes mondiales, il est logique pour les gouvernements d'investir dans les biocarburants durables qui permettront d'accroître l'autonomie énergétique et créer des emplois dans l'économie verte ", a déclaré Tyler.

Questions commerciales : En encourageant la coopération sur la fiabilité de l'approvisionnement, l'organisation a appelé les gouvernements à repenser les politiques de taxation et de tarification qui gonflent les coûts du kérosène.
«L'aviation est un catalyseur pour la croissance économique et l'emploi. L'aviation au niveau mondial représente 3,5 billions de dollars et 33 millions d'emplois. Particulièrement en cette époque d'incertitude économique, les gouvernements devraient prendre avantage de l'aviation qui soutient la croissance et l'emploi avec des politiques qui supportent la compétitivité » IATA a donc appelé les gouvernements à assurer la concurrence entre les fournisseurs en kérosène sur les aéroports et à repenser les politiques de prix du carburant dans le but de soutenir la compétitivité de l'aviation comme une composante stratégique de l'économie nationale.

En 2011, la facture de carburant de l’aéronautique devrait être 176 milliards de dollars (calcul basé sur un baril de pétrole à 110 dollars), soit 30% des coûts d'exploitation. En 2012, elle devrait atteindre 201 milliards de dollars, soit 32% des coûts d'exploitation (estimation basée sur un prix moyen du pétrole de 100 $ le baril). La rentabilité globale de l'industrie devrait donc diminuer, et passer de 6,9 milliards de dollars (1,2% de marge nette) en 2011 à 4,9 milliards de dollars (0,8% de marge nette) en 2012.