Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Korongo Airlines décolle ce lundi 16 avril


La nouvelle compagnie aérienne congolaise Korongo Airlines, filiale notamment de Brussels Airlines, entame ce lundi ses premiers vols en République démocratique du Congo (RDC), avec un premier vol entre Lubumbashi, le chef-lieu de la province du Katanga (sud-est de la RDC), et Kinshasa, la capitale congolaise située à 1600 km de distance. Un moyen de sécuriser le voyage d'affaires dans un pays où toutes les compagnies aériennes ou presque sont sur la liste noire européenne.



Korongo Airlines décolle ce lundi 16 avril
Cinq liaisons hebdomadaires sont prévues initialement entre Lubumbashi et Kinshasa, mais leur nombre passera à huit dès le 1er mai avec l'ajout de trois vols nocturnes. Dès ce jeudi 19, les vols débuteront entre Lubumbashi, où est installé le siège de Korongo Airlines, et Johannesburg (Afrique du sud), au rythme de deux liaisons par semaine. Selon le directeur général de Korongo Airlines Christophe Allard, interrogé par l'agence de presse Belga, une deuxième phase de développement du réseau de Korongo devrait intervenir à partir de la mi-juin et concerner les villes de Kolwezi (Katanga), avec quatre rotations par semaine et Mbuji-Mayi, le chef-lieu du Kasaï oriental (centre), avec deux rotations par semaine. Korongo débutera ses activités avec trois appareils - deux BAe (British Aerospace) 146-200 et un Boeing 737-300, provenant tous de la flotte de Brussels Airlines. Un avion de chaque type est déjà arrivé à Lubumbashi, où ils subissent une inspection de la part de l'Autorité de l'aviation civile congolaise. Le dernier en date, l'unique Boeing 737, est arrivé lundi à l'aéroport de la Loano, où il a été arrosé en guise d'accueil par les pompiers lushois, dans la plus pure tradition aéronautique.
Le capital de la compagnie est détenu par un holding dans lequel Brussels Airlines possède 50,5% et le Groupe George Forrest International (GFI) - appartenant à l'influent homme d'affaires belge George Forrest, actif dans divers secteurs congolais, en particulier minier où il emploie 15.000 personnes, principalement au Katanga, et dans le secteur des travaux publics - le solde de 49,5%. Ce holding possède 70% de la nouvelle compagnie, les 30% restants étant détenus par des investisseurs congolais. La société compte 200 employés, dont 97% sont des Congolais, selon Christophe Allard. Une partie des pilotes provient de Brussels Airlines et certains parmi les plus anciens sont d'ex-pilotes d'Air Zaïre, la compagnie nationale zaïroise du temps du maréchal Mobutu Sese Seko. La compagnie opèrera toutefois au début avec un AOC belge ("Air operator certificate", certificat de transport aérien délivré par les autorités de sécurité aérienne), au départ de l'aéroport de la Loano à Lubumbashi, chef-lieu de la riche province du Katanga.






1.Posté par Frédéic le 16/04/2012 14:23
Georges Forrest qui est d'ailleurs recherché par le TPI.
Le même qui en 1992/93 avec la complicité de la Banque Mondiale "racheté" l'essentiel du matèriel de l'agence Zaïroise d'entretien des routes du Zaïre pour une bouchée de pain (rassie) et qui par la suite utilisa ce matériel sur dans ces mines.