Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L'OACI veut mieux suivre les avions d'ici la fin de l'année


Réunis en conférence sur la sécurité aérienne cette semaine à Montréal, les délégués de l’OACI se verront soumettre un tout nouveau « Système mondial de détresse et de sécurité aéronautique »(GADSS) qui devrait être adopté avant la fin de l'année. Il tire les leçons de la disparition des vols de Malaysia Airlines dans l'océan Indien et en Ukraine.



Les représentants de 191 états membres vont participer de lundi à jeudi à Montréal à une conférence de l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) toute entière consacrée à la sécurité. La disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines a mis le doigt sur une vraie carence que les délégués devront combler avec un plan destiné à permettre de suivre quasiment en permanence les appareils en vol.

Ce plan prévoit qu'en situation normale de vol, un signal sera émis toutes les 15 minutes par l’appareil pour permettre à sa compagnie de le suivre. En cas d’incident (changement de cap non prévu dans le plan de vol, décrochage, vitesse ou altitude anormale,…) l’appareil devra envoyer un signal toutes les minutes. Le nouveau Système mondial de détresse et de sécurité aéronautique(GADSS) prévoit que la compagnie devra alors prévenir le contrôle aérien responsable du vol à ce moment précis pour mieux en suivre les évolutions. L’émission d’un signal minute par minute devrait permettre une localisation beaucoup plus rapide de l’appareil en cas de crash, dans un rayon de 6 miles nautiques (11 km).

Parallèlement, l’OACI va recommander que les boites noires soient situées dans l’empennage de l’appareil, éjectables et insubmersibles. Les nouveaux appareils devraient en être obligatoirement équipés en 2021.
Enfin à noter que l’OACI va travailler pour mettre à disposition des compagnies des informations pour les survols d’espaces aériens à risques (zones de conflit).

Ce plan va être soumis cette semaine aux délégués qui auront 3 mois pour faire connaître leurs remarques avant qu’une directive ne soit présentée au vote du Conseil de l’OACi au maximum 3 mois plus tard, soit avant la fin de l’année 2015.