Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L’aéroport de Dijon en danger ?


L’avenir de l’aéroport de Dijon semble trouble. Le conseil général de Côte d’Or a indiqué, le 17 septembre 2013, qu’il ne financerait plus le développement de la plate-forme après le 31 mai 2014. Cette décision pourrait mettre en péril l’activité de l’installation déficitaire.



L’aéroport de Dijon en danger ?
Le conseil général de Côte-d’Or ne veut plus soutenir financièrement l’aéroport de Dijon. Son président, François Sauvadet, l'a clairement indiqué au BienPublic : «Nous respecterons nos engagements jusqu’à la fin mai 2014, comme prévu lors de la réunion dans le bureau du Préfet avec les présidents de la CCI, du conseil régional et du Grand Dijon». Mais il ajoute «Nous n’irons pas au-delà. J’ai participé aux réunions de travail avec la CCI, le Conseil régional et le Grand Dijon. Mais aujourd’hui, l’aéroport est un projet qui n’est pas viable économiquement. C’est même devenu un gouffre financier», rappelant que le retrait de la CCI de la gestion de l’installation augmente la participation demandée. Selon lui, le Conseil général aurait dû débourser près de 1 million d’euros par an sur 8 ans.
La Région Bourgogne, le Grand Dijon et la Chambre de commerce de Côte-d’Or qui travaillent sur le dossier le plate-forme déficitaire n’ont pas bien accueilli cette nouvelle. Ils rappellent au Président du Conseil Général qu’il s’était «engagé publiquement aux côtés des autres collectivités pour construire un nouvel avenir pour l’aéroport, et ce au-delà du 1er juin 2014». Ils ajoutent, dans leur communiqué commun, «Il est irresponsable de la part de M. Sauvadet d’essayer de faire porter la responsabilité de l’arrêt de l’activité aux autres partenaires. Si la CCI n’a plus la capacité juridique de porter des infrastructures aéroportuaires, toute collectivité, Région, Département ou Agglomération, a possibilité de le faire. Pour preuve, le département du Jura porte seul la gestion de l’aéroport de Dôle-Tavaux pour un coût supérieur à celui de Dijon. Avec cette décision brutale et unilatérale, M. Sauvadet prend aujourd’hui le risque de mettre en péril l’aéroport de Dijon avec toutes les conséquences que cela aura sur l’activité économique et l’emploi en Côte-d’Or» concluent-ils.