Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 26 Octobre 2016

La CGT Air France réaffirme l’urgence de la tenue d’Assises du transport aérien



La lecture du rapport de la Cour des Comptes sur le transport aérien français, n’a pas convaincu la CGT Air France qui, plus que jamais, demande une réunion globale sur l’avenir de l’activité en France.



Pour la CGT Air France la liste des maux qui touchent le secteur est longue :

• Un millefeuille de taxes qui handicape les compagnies aériennes françaises,
• Des arbitrages systématiques en faveur d’ADP et des gestionnaires d’aéroports français en termes de redevances et taxes,
• Une ouverture de créneaux à des compagnies aériennes peu respectueuses du droit social et massivement subventionnées par leur états (ou émirats…) et qui viennent ainsi piller l’activité des compagnies françaises, entraînant ainsi un dumping social insupportable pour les salariés français,
• Un manque évident de stratégie concernant l’aménagement du territoire, laissant ainsi 2 fleurons de l’industrie française (SNCF et Air France) en concurrence frontale sur certains segments,
• Une absence de stratégie politique concernant le transport aérien (contrairement à l’Allemagne qui vient de se doter d’une nouvelle stratégie fédérale).

Et l’organisation de reprendre les grands thèmes de son combat: "Les salariés du transport aérien français ne seront pas les dindons de la farce. Comment leur demander des efforts continuels qui abaissent leur niveau de vie lorsque les décideurs politiques préfèrent regarder passer les trains ?".

Mais la CGT ne s’arrête pas au constat de terrain et veut aller plus loin en élargissant la collecte à d’autres activités. Elle demande également que soit revue la taxe qui sera perçue sur les passagers pour le financement du CDG Express. Et de s’interroger : "Au final, qui va payer ?".

En dressant le programme de ces assises, la CGT Air France veut peser sur l’avenir du transport aérien. Pas certain qu’en cette veille d’élections les politiques veulent s’engager sur le sujet.