Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


La TSA facilite l'inscription au Pre Check


La TSA a mis en place un "Pre Check" pour faciliter le passage des voyageurs fréquents américains aux frontières des aéroports. Si le programme n’est toujours pas ouvert aux étrangers, l’agence américaine met en place de nouveaux dispositifs afin que les passagers puissent s’inscrire encore plus facilement. Une mesure saluée par la GBTA.



La TSA a ouvert son premier centre d’inscription au programme Pre Check sur l’aéroport d’Indianapolis le 4 décembre 2013. Les passagers peuvent y remplir les différentes formalités nécessaires pour entrer dans les listes de l’organisation, ce qui leur permet de bénéficier d’un contrôle de sécurité assoupli aux frontières. D’ici la fin de l’année, d’autres installations devraient ouvrir à New York, Washington et Los Angeles. La TSA a prévu de créer au moins 300 centres à travers les USA.
Elle a également développé un nouveau programme de pré-inscription en ligne sur son site. La GBTA soutient ce projet : «le nouveau processus d’application au Pre Check de la TSA permettra à plus de passagers de s’inscrire, réduisant les délais aux aéroports et facilitant les voyages d’affaires à la journée qui conduisent notre économie» indique t-elle dans un communiqué. L’association du business travel profite également de cette occasion pour demander à la TSA de renoncer à l’augmentation de sa taxe sécurité puisque le programme Pre Check réduit ses besoins en personnel et matériel. Depuis sa mise en place, plus de 25 millions de passagers ont rejoint le programme Pre Check. La simplification de l’inscription devrait convaincre de nouvelles personnes d'y adhérer. Un engouement qui ne ravira peut-être pas tout le monde. Certains voyageurs d’affaires américains inscrits au programme Pre Check se plaignent de la lenteur des contrôles automatiques aux aéroports. Dans certaines plates-formes, le succès du programme est tel que les installations en place ne parviennent pas à absorber le flux.