Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


La patronne d'EasyJet ne craint pas le low-cost des compagnies traditionnelles


De nombreuses compagnies aériennes traditionnelles tentent de développer une offre low-cost. Mais ces projets n'effraient pas la directrice générale d'EasyJet, Carolyn McCall. Selon elle, ses concurrentes ne parviendront pas à s'immiscer sur ce créneau. Leur structure restera trop coûteuse.



La directrice générale d'EasyJet, Carolyn McCall, se dit confiante dans l'avenir. Interrogée par le journal l'"Aargauer Zeitung", elle assure que les compagnies traditionnelles comme Swiss qui se lancent dans les vols à bas prix ne lui font pas peur. Elle est certaine que ses concurrents n'arriveront pas à adopter un business model efficace. Elle cite en exemple les difficultés que la compagnie suisse rencontre avec ses pilotes alors qu'elle souhaite baisser leur salaire. Selon elle, «Une société de luxe ne peut pas devenir soudainement un Aldi. Cela n'est jamais arrivé avant, pas même dans une autre industrie». Elle souligne qu'aucun détaillant traditionnel n'est devenu un discounter après l'arrivée d'Aldi et Lidl.

Pas de long-courriers
Si Ryanair s’intéresse aux vols long-courriers, EasyJet pour sa part n'a pas de visées internationales. Ce projet nécessiterait de d'adopter un autre business modèle. L'entreprise préfère donc rester concentrée sur le marché européen. Elle ajoute que son modèle actuel lui permet d'obtenir en moyenne un gain de 10,50 francs par passager (8,7 euros).

Des prix en hausse sur Bâle-Mulhouse si la binationalité disparait
La binationalité de Bâle-Mulhouse pourrait être remise en cause à la suite d'un différend fiscal entre la France et la Suisse. Carolyn McCall ne fait aucun mystère sur la réponse de son entreprise si l'Hexagone poursuit son projet de taxer les entreprises implantées dans la partie helvétique de la plate-forme à partir du 1er janvier 2015. La compagnie diminuera le nombre d'avions au départ de cette piste tandis que les prix des vols augmenteront. La compagnie envisage des installations alternatives comme Zurich. Néanmoins, la directrice générale pointe du doigt que celle-ci est l'une des plus chères d'Europe, ce qui pourrait constituer un autre frein....