Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


La saturation aérienne pourrait coûter 230 milliards d'euros à l'Europe


Lors de l’assemblée conjointe de l’Association des aéroports ACI Europe et ACI World qui avait lieu à Istanbul du 10 au 12 juin 2013, Declan Collier, président d’ACI Europe, a fait part de son inquiétude face à la politique aérienne des pays européens. Il a averti que la saturation des tarmacs coûterait 230 milliards d’euros de perte de PIB à l’Europe d'ici 2035.



La saturation aérienne pourrait coûter 230 milliards d'euros à l'Europe
Visions à court terme, conflits politiques, lourdeurs administratives ou réglementaires, taxes élevées, réductions des dépenses… sont autant d’éléments qui, selon Declan Collier, pèsent sur les politiques aériennes des pays européens. Il appelle donc les gouvernements à penser sur le long terme et éviter l’immobilisme sur les dossiers du développement des aéroports. Il assure que la saturation des plates-formes va devenir un problème majeur. L’Europe devrait être dans l’incapacité de répondre à 12 % de la demande aérienne en 2035 par manque de capacité. Ce qui représentera 1,9 million de vols par an et 237 millions de passagers. La saturation des installations aériennes devrait alors être la plus problématique en Turquie, Royaume-Uni, Pays-Bas, Bulgarie, Hongrie, Allemagne, Pologne, et Italie. Cette situation devrait conduire à des retards et congestions sur toute l’Europe.
Declan Collier, président d’ACI Europe ajoute «Le problème de capacité des aéroports va faire perdre aux compagnies aériennes et aux aéroports 40 milliards d’euros de revenus par an d’ici 2035. En plus, il faut ajouter près de 5 milliards d’euros de coût de congestion. Mais finalement, ça ne sera pas seulement pour l’aviation, mais aussi pour les performances globales et économiques de l’Europe. L’insuffisance de capacité sur les aéroports coûtera 230 milliards de dollars de PIB à l’Europe. C’est beaucoup d’activités économiques et d'emplois que nous ne pouvons pas nous permettre de perdre».






1.Posté par Gilles06 le 13/06/2013 11:04
Bonjour

Et si l'Union Européenne commençait à exiger des compagnies aériennes opérant dans son espace à limiter le nombre de fréquences par ligne afin que celles ci soient contraintes d'opérer celle ci avec des plus gros avions.

Par exemple sur Toulouse Paris/Orly, pourquoi mettre 27 mono-couloirs sur Air France par jour là où l'on pourrait opérer cette liaison au moins avec des A330-300 ce qui correspondrait à environs 11 vols par jour. Avec l'A380 on peut même opérer Toulouse Paris/Orly 7 vols par jour.

Or depuis une vingtaine d'année on assiste à la course de quelle compagnie aérienne va proposer le plus de fréquences possibles par ligne. Celles ci sont opérées avec des avions toujours de plus en plus petits alors qu'il y a de plus en plus de voyageurs, et au final on arrive à une saturation de l'espace aérien et des aéroports, et des difficultés financières pour les compagnies aériennes. J'appelles cela la "navettisation du transport aérien", inspiré de ce concept "Navette" dont je considère que c'est une pure fuite en avant de la part d'Air France, c'est tout de même consternant d'opérer un Paris/Orly - Nice avec des A318, juste pour des intérêts à courts termes, là où l'on devrait opérer cette ligne avec au moins un A330-300, un B777-300 voir même A380, et après on s'étonne que la compagnie ne se porte pas si bien.

L'espace aérien est tout sauf infini, il est temps que l'UE exige des compagnies aériennes à limiter le nombre de fréquences par lignes, les obligeant à mettre des avions adaptés au nombre de passagers transportés annuellement. On pourrait en vendre d'avantage des A380, et même des B747-8, qui ont du mal à se vendre, à cause de cette politique suicidaire de la plupart des opérateurs européens et nord américain. Pourtant ces deux avions ont un réel potentiel de décongestionner l'espace aérien européen. Airbus envisage de lancer un A380 "Regional" avec ce constat cet avion devrait être une priorité pour les compagnies aériennes européennes, et pourrait être une solution concrète pour faire face au problème de saturation de l'espace aérien européen, et nord américain.

Cordialement