Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les USA adoptent des mesures pour mieux protéger les passagers


Le département du Transport des États-Unis (DOT) a pris des mesures pour mieux protéger les passagers des compagnies aériennes. Processus de réservation, tarification et informations des voyageurs sont au cœur de sa nouvelle règlementation destinée à améliorer la transparence des prix.



Les USA adoptent des mesures pour mieux protéger les passagers
Le département du Transport des États-Unis (DOT) a modifié la réglementation des ventes de billets aux Etats-Unis. Depuis ce jeudi 26 janvier 2012, les compagnies aériennes ont maintenant l’obligation de rembourser les billets si le client annule son vol dans les 24 heures après son achat et si le départ est prévu dans au moins une semaine. Il est aussi possible dorénavant aux USA de faire une réservation sans payer immédiatement. Et une fois la réservation faite, le prix des billets ne pourra «généralement» pas être augmenté, mais le DOT est ici vague et ne précise pas la signification exacte de l’adverbe. L’information aux passagers est aussi au cœur du nouveau texte. Les voyageurs doivent ainsi être prévenus immédiatement des annulations ou retards de plus de 30 min. Les compagnies aériennes étaient connues pour les taxes cachées comme la surcharge carburant ou bagage, les ajoutant à la dernière étape de l’achat. La somme déboursée était alors bien loin du prix annoncé au départ. Le DOT a donc pris des mesures pour que les tarifs gagnent en clarté. Ainsi le surcoût bagage doit être maintenant annoncé dès le début de la réservation tandis que les publicités doivent indiquer les prix en incluant toutes les taxes et charges supplémentaires.
Il reste que tous les transporteurs n'apprécient pas l'initiative. Ainsi la low-cost Spirit Airlines, qui pratique comme beaucoup les surcharges peu onéreuses mais nombreuses (taxe sur les bagages à mains, les boissons à bord ou l’impression de la carte d’embarquement par exemple) a mis en ligne un site pour lancer sa pétition contre le texte. Sur keepmyfareslow.org, Spirit Airlines assure que cette loi n’est pas à l’avantage des passagers puisqu’elle va surtout servir à cacher les hausses des taxes gouvernementales. Il lui reste à en faire la preuve.