Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Les ogres du Golfe ont toujours plus d’appétit!


C’est une avalanche de commandes qui a marqué ce début de semaine au salon aéronautique de Dubaï, avec une ouverture en fanfare dès le dimanche et des commandes historiques de 150 milliards de dollars passées par les compagnies Emirates, Etihad et Qatar Airways. Décidément, les compagnies du Golfe voient plus large que leur région !



Mais que vont faire les compagnies du Golfe de tout ce stock d’avions ? Des A 380, des A 350, A330 mais aussi des B777x, des Dreamliner, des avions commerciaux et des cargos, il y a de tout dans cet inventaire. Avec un sens aigü de la diplomatie qui, contre toute logique de gestion de maintenance, partage les achats entre l’Europe et les Etats-Unis. Et pour cause, ces compagnies ont plus que jamais l’intention d’aller ratisser large et achètent ainsi, de fait, la bienveillance de gouvernements qui ne s’opposeront pas à l’attribution de slots à de si bons clients. Permettant ainsi à ces compagnies d’user de leur position géographique pour poursuivre leur implantation au centre du monde, entre l’Europe et l’Asie. Et bien au-delà !

Aujourd'hui, ces compagnies moyen-orientales menacent plus que jamais les transporteurs européens. Air France a choisi de faire alliance avec Etihad, une compagnie qui tisse littéralement sa toile sur le vieux continent. Le rachat des 33% de la compagnie suisse Darwin Airline qu’elle vient de réaliser démontre s'il en était besoin de grandes ambitions. Avec la nouvelle signature Etihad Regional « by Darwin Ailines », c’est de fait une nouvelle compagnie qui va venir caboter en Europe, bénéficiant des accords aériens entre l’Europe et la Suisse. La compagnie d’ailleurs ne le cache pas : «Nous sommes en train de relier le nouveau réseau Etihad Regional aux principaux hubs de nos partenaires, apportant des avantages aux clients de airberlin et Air Serbia». Mais aussi et surtout… à Etihad.

De son côté, l’accord signé entre Emirates et EasyJet s’est fait plutôt discrètement mais commence à rendre ses effets. Emirates bénéficie ainsi d’un appui plus que solide avec un partenaire bien installé pour alimenter son réseau. Deux stratégie mais le même but, alimenter les hubs et remplir les avions. La guerre du Golfe ne fait que commencer, on attend encore la réponse des British et Lufthansa.

Annie Fave[

Lundi 18 Novembre 2013


Notez