Les voyageurs d’affaires ne veulent pas choisir entre liberté et sécurité

Pour sa troisième étude Business Travel and Technology, Egencia a interrogé plus de 6.000 voyageurs d'affaires de 12 pays dont la France, l'Australie, la Chine, l'Allemagne et les États-Unis ayant effectué au moins deux déplacements professionnels dans l'année écoulée. Les résultats révèlent que, malgré leur désir de flexibilité, les collaborateurs sont préoccupés par la sécurité pendant leurs missions.

Presque la moitié (48%) des voyageurs d’affaires interrogés affirment se sentir moins en sécurité lorsqu’ils sont en déplacement à l’étranger pour le travail. Pourtant, malgré ce sentiment, l’hyper-connectivité et les réunions à distance ; les déplacements professionnels restent une priorité pour les entreprises. En effet, selon l’étude Egencia, 86% des sondés pensent que les rendez-vous en personne sont plus efficaces que les visio-conférences. Jérôme Fouque, vice-président directeur général, Egencia France explique "Nous traversons une période où la préoccupation concernant la sécurité est très présente et justifiée. Les voyageurs d’affaires sont ultra informés de la moindre crise qui se produit. Il est donc naturel qu’ils soient sensibles aux dispositifs de sécurité mis en place par leur entreprise lorsqu’ils sont en déplacement professionnel".

En outre, selon cette étude, seuls 53% des français interrogés (64% sur l'ensemble des pays) déclarent que leur entreprise a mis en place une politique voyages. Parmi eux, seuls 56% affirment que cette politique intègre des consignes et des règles concernant la sécurité des voyageurs.

Pouvoir localiser et joindre les voyageurs d’affaires rapidement est essentiel pour aider les sociétés à protéger leurs employés en déplacement. Or, l’étude Egencia révèle que 76% des collaborateurs français réservent eux-mêmes leur vol et leur hôtel sans passer par le système de réservation de l’entreprise. 55% déclarent même réserver leurs hôtels préférés et 44% leurs vols sur leur compagnie aérienne préférée, qu’elle fasse partie, ou non, de la politique voyage de l’entreprise.