Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 21 Février 2017

Lettre à Monsieur le Président d’Air France



Lorsque je prenais Air France dans ma jeunesse, il y avait dans le magazine du bord un encart détachable composé d’une enveloppe adressée à Monsieur le Président. J’ai pendant longtemps gardé ce document qui me donnait une importance car oui, je pouvais écrire au Président de la plus belle compagnie du monde. Bien qu’ayant beaucoup de choses à dire, je ne l’ai jamais fait. Mais là, j’utilise les moyens modernes pour m’exprimer car je pense qu’il est temps pour moi de donner ma vision de l’évolution de la stratégie d’Air France. Alors Monsieur le Président, j’espère que vous prendrez quelques secondes de votre temps pour lire ces quelques propositions amicales.



Yann Le Goff a quelques idées pour l'avenir d'Air France
Yann Le Goff a quelques idées pour l'avenir d'Air France
Monsieur le Président, vous êtes sur le point de lancer une nouvelle compagnie low-fare. Permettez-moi de vous exprimer mes réserves car je pense que l’équation n’est pas lue dans le bon ordre.

Le voyageur (d’affaires ou de tourisme) cherche à être transporté dans le confort en temps et en heure. Le gestionnaire des déplacements (d’une entreprise ou d’une agence) souhaite que cela se fasse en sécurité (j’entends là avec des PNC et des PNT capables de faire face aux pires situations). Le financier cherche lui à faire voyager les personnes aux meilleures conditions financières et bien entendu, c’est l’association des 3 qui donne naissance au client nommé « voyageur». Mais ne nous voilons pas la face, le troisième vecteur est de loin le plus important.

Le lancement d’une compagnie Low-Fare pourrait être ressenti par les voyageurs comme une compagnie au rabais ce qui affectera négativement le pouvoir incommensurable de la marque (la valeur de l’image Air France est ce qu’elle a de plus cher). Prenez exemple sur la grande distribution qui a tenté de faire face aux hard discounters. Le résultat est éloquent. Non seulement cela n’a pas marché mais en plus, la concurrence a réagi et, en toute logique, elle est venue fouler les plates-bandes des acteurs de la grande distribution. Alors que faire ? La solution est, à mon œil, évidente.

Beaucoup de voyageurs critiquent l’ancienneté de la flotte et préfèrent les nouvelles machines type A380, A350, 787… D’où leur préférence des compagnies du Golfe mais aussi des Low-Fare européennes (Norwegian est l’exemple même de cette évolution – 787, Wifi gratuit…). Mais tous plébiscitent les nouvelles cabines d’Air France, véritable réussite. Il vaut donc mieux accélérer sur ce plan.

Côté sécurité, vous avez des PNC et des PNT totalement dévoués à la sécurité des opérations et au confort des passagers. De grâce, ne les transformez pas en pousse manettes ou en coupeurs de citron en 5. Vous les connaissez mieux que moi et vous savez, au fond de vous-même, qu’ils peuvent être les meilleurs alliés de la marque si ensemble vous prenez les bonnes décisions.

Sur le plan commercial, vous êtes, pardonnez-moi l’expression, totalement « Out ». Les possibilités de faire des allers simples sont limitées, les variations de prix ont un delta exagéré (peut-on dignement passer d’un CPH/CDG de 44€ à 452€ pour la même prestation ?)

Monsieur le président, vous avez ce pouvoir d’autoriser vos équipes commerciales à faire des contrat corporate beaucoup plus adaptés aux sociétés hors CAC40. Pensez aux PME, PMI, industries et adaptez-vous à leur vision du business !

Les associations comme l’AFTM, la GBTA, le CEDAF, MARCO POLO (et tant d’autres) sont là pour vous montrer le chemin et vous prouver qu’elles n’attendent pas une nouvelle Air France. Elles attendent uniquement une Air France adaptée à leurs besoinss. Le monde a changé, payer son café à bord n’est pas un tabou et vous le savez puisqu’Air France à d’ores et déjà commencé à appliquer les fameux frais ancillaires (choix de certains sièges, bagages…).

Alors oui, Monsieur le président, ce n’est pas une alliance avec un Chinois ou bien le lancement d’une nouvelle compagnie Low-Fare qui changera la destinée de la compagnie, mais c’est bien un changement de stratégie commerciale qui doit s’opérer au plus vite. Les contrats actuels sont beaucoup trop lourds et ne répondent pas aux attentes des voyageurs devenus clients (le mot est important). Vous avez les outils mais il faut piloter tout ça pour que l’harmonie fonctionne et que le miracle naisse.

Preuve en est, je pars prochainement en Chine et j’ai bien pris soin de sélectionner l'un de vos appareils... mais je volerai sur le quota MU (China Eastern Airline), seule solution pour me payer un CDG/PAR/CDG sur la compagnie Nationale à moins de 700€. Avouez qu’on peut tout de même faire différemment, non ?

Alors Monsieur le Président, prenez quelques heures dans la semaine en soirée pour participer à un afterwork de ces fameux acteurs associatifs ou bien prenez l’avion en classe éco en prenant soin de vous mettre à côté de voyageurs lambdas, car prendre Air France, c’est partager la passion d’hommes et de femmes qui permettent à la France de s’exporter. Ce n’est pas un devoir national. Vous verrez alors que le monde vous adore et qu’il n’a qu’une seule demande : celle de pouvoir voler avec la plus belle compagnie du monde mais de façon intelligente et non plus avec le sentiment de se faire plumer ou de voyager prochainement en « bétaillère ».

Espérant avoir pu faire avancer votre réflexion, je suis naturellement à votre disposition pour vous détailler plus avant mes idées. DeplacementsPros.com se fera volontiers notre contact si vous le souhaitez !

Yann Le Goff,
acheteur.



1.Posté par Claude M. le 22/02/2017 09:20
Bravo Yann, vous avez résumé en quelques phrases le constat de pas mal d'acheteurs.
Mais le souci n'est pas dans le constat mais dans la réponse qu'apporte AF à ce constat.

Je crains que les résultats corrects de 2016 (même s'ils sont faits par KLM) bloquent toute velléité de la compagnie française d'évoluer. Pourtant, il serait si simple d'éviter qu'en partage de code, vers Shanghai en autres, le billet varie du simple au triple en fonction de la compagnie choisie... Dans le même avion !
China Eastern est compétitive mais le siège à côté", vendu par AF ne l'est plus. Allez donc comprendre.

Enfin, pour les contrats corporate les prix négociés sont rarement ceux payés. Vous l'avez écrit dans l'une de vos chroniques, le contrat corporate permet simplement de connaître le prix le plus cher que l'on va payer sur la ligne choisie. Pour acheter on fera d'autres choix.

La France qui voyage ne se limite pas aux entreprise du CAC 40. AF a du mal à le comprendre

Bien à vous
Claude

2.Posté par Audrey le 22/02/2017 09:48
Lu dans Les Echos

Le projet Boost ne réglera pas, non plus, tous les problèmes de compétitivité d'Air France, essentiellement liés au niveau des taxes et des charges sociales françaises, supérieures de 18 % à celles supportées par KLM aux Pays-Bas, de 11 % à celles de Lufthansa et de 14 % à celles de British Airways. Si Air France bénéficiait du même niveau de taxation et de charges que KLM, la compagnie économiserait 865 millions d'euros par an (700 millions de charges et 165 millions de taxes), selon un calcul réalisé, il y a quelques années, par le cabinet AT Kearney. Ce qui, rapporté aux résultats financiers de l'exercice 2016, lui aurait permis de dégager un bénéfice d'exploitation de plus de 1,2 milliard d'euros, presque 2 fois plus élevé que celui de KLM (681 millions d'euros). Et ce sans toucher aux salaires ni aux conditions d'utilisation de ces personnels.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/0211814473196-air-france-les-pilotes-disent-oui-a-la-nouvelle-compagnie-2066491.php#GERKi5idVOead7ey.99

3.Posté par Patrice le 22/02/2017 14:24
Oui Yann vous avez raison mais la logique d'un voyageur isolé ne peut faire bouger la stratégie d'une compagnie.
Au fait, AF a une stratégie à court, moyen ou long terme ?
Elle navigue à vue, non ?
Patrice

4.Posté par Ginette le 23/02/2017 03:29
Yann,
La comparaison avec la grande distribution est interessante : oui les modeles hard discounts / low costs et leurs evolutions se ressemblent
Mais c' est mal connaitre ce commerce de Grande consommation ..la grande distribution vit dorenavant avec le hard discount et toutes les enseignes ont integre une gamme premier prix... je peux aussi vous confirmer que ses gammes sont meme plutot profitables ..
Maintenant , je partage aussi votre point de vue mais ce sont les clients qui font le marche ...alors soyons plus genereux.. c est mieux ou plus ..
bien a vous

5.Posté par Bob le 23/02/2017 07:43
Malheureusement, il est impossible EN FRANCE d'avoir à la fois des avions neufs offrant plus de confort et avec des prestations de qualité tout çà au tarif low cost !

Pourquoi Norvegian le peut plus qu'Air France ? Parce-que Norvegian ne paie pas les taxes cotisations et impôts en France et économise ainsi 15 à 20%...

Les dirigeants successifs d'Air France sont également responsables de mauvais choix stratégiques (bases province,...) qui ont fait perdre beaucoup d'argent à la compagnie.

Le SNPL AF peut aussi se vanter d'avoir permis le développement de compagnies comme Volotea, easyJet, Ryanair,...

Aux USA, où toutes les compagnies paient les mêmes taxes et impôts, la différence de tarifs est très faible entre low cost et compagnies traditionnelles. À méditer...

Peut-être écrire une lettre ouverte aux candidats à l'élection présidentielle !

6.Posté par Mat le 23/02/2017 10:24
Lettre ouverte qui n'apporte rien et témoigne de l'égo et du passéisme de ce monsieur. Beaucoup de groupes sont multimarques avec dès positionnements différents . Reproche on a accord d'avoir des Raffles, Sofitel et Ibis ? Non cela permet de couvrir des besoins de clients différents avec des services et des coûts adaptes. Vueling ne nuit pas à l'image de British airways que je sache ni rouge à celle d'Air Canada .