Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Lufthansa dresse le bilan de 2010 et joue la carte du luxe en first


Pour sa dernière conférence de presse à l'ITB Berlin comme Directeur commercial et Marketing, Thierry Antinori, le "frenchy" de la compagnie allemande est venu tirer le bilan d'une année 2010 qu'il juge" plutôt bonne pour la Lufthansa". Avant de prendre les commandes d'Austrian dès le 1er avril prochain, il est revenu sur les prochains développements du groupe et en particulier la refonte de la first.



Lufthansa dresse le bilan de 2010 et joue la carte du luxe en first
C'était une tendance engagée par british Airways, il y a un peu plus d'un an. C'est désormais une réalité pour Air France et la Lufthansa. L'amélioration des premières classes est un enjeu de taille pour conquérir une clientèle, limitée en nombre, mais qui aime voyager dans un confort absolu. Pour Lufthansa, la réponse est dans une cabine double : un lit et siège confortable associés ensemble dans le même espace, mais sans cloison ou autre séparation, jugée "étouffante" par les clients. 8 sièges, pas un de plus, soit deux fois moins qu'avant. Le choix est stratégique : "Le confort doit aussi être dans les volumes et le nombre de passagers", explique Thierry Antinori qui veut ainsi répondre aux demandes directes de ses passagers: "Nous avons conçu ce siège après avoir écouté les attentes de ceux qui l'utilisaient. Ce n'est pas une simple réflexion marketing". Implantée dans les 747-400 d'ici deux mois, ce nouveau siège équipera également le 747-8 qui arrivera l'an prochain. "Mais il sera différent sur l'A380" poursuit Thierry Antinori qui préfère parler "d'ambiance et de confort repensés à bord du géant du ciel".
Autre nouveauté pour le dernier né d'Airbus : il sera le premier à se poser sur la côte ouest américaine. L'A380 ira à San Francisco pour le mois de mai. La nouvelle est accueillie avec intérêt par le marché, y compris la France. Pour les départs de province, où une escale est incontournable, Lufthansa veut développer Francfort avec ce vol en très gros porteur qui devrait séduire les voyageurs d'affaires. "Nous devrions intéresser les marchés européens de proximité", conclut Thierry Antinori qui n'exclut pas une approche tarifaire attractive pour lancer le vol.

Dans le bilan dressé par le patron du commercial, soulignons la montée en puissance de Flynet, le service d'accès internet à bord des appareils. "Nous avons près d'une vingtaine d'appareils équipés, 30 le seront avant la fin de l'année et les 10 autres dans la foulée" détaille le responsable commercial qui souligne l'attractivité du prix : moins de 12 € par segment. Dans la foulée, tous les grands sujets du moment sont abordés, la nouvelle classe éco et ses quatre centimètres de plus pour les jambes, le poids des nouvelles technologies (ipad, iphone,blackberry, facebook...) dans la relation client sans oublier l'arrivée d'un tarif domestique "attractif" pour les allemands : 59 €. Pas de précisions pour les acquisitions possibles de la compagnie allemande : "SAS, c'est un dossier comme un autre", commente Thierry Antinori. Seule certitude, sur l'Afrique, la compagnie allemande vise haut. "Nous avons une réflexion de groupe, avec Swiss ou Brussels Airlines déjà très implantés. Nous allons la développer pour couvrir l'ensemble des marchés même si la concurrence s'annonce rude. Mais il est vrai que le continent africain est l'un de ceux appelés à se développer très fortement ces prochaines années".

La nouvelle first de la Lufthansa en images