Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


OpenSkies, la compagnie est-elle viable ?


Au 8ème jour de la grève d’une partie du personnel de cabine (hôtesses et steward), OpenSkies publie un communiqué officiel sur le mouvement qui devrait durer jusqu'au dimanche 2 octobre. Malgré la volonté de dialogue manifesté dans nos colonnes par Patrick Malval, il semblerait que la situation soit bloquée. En réaction, les syndicats font état de leurs inquiétudes quant à la rentabilité de la compagnie et de son maintien sous cette forme dans le giron de British Airways.



OpenSkies, la compagnie est-elle viable ?

C'est un article publié dans les Echos qui a fait réagir les PNC d'OpenSkies surpris que l'on parle de "lourds déficits depuis la reprise de la compagnie par BA". "Nous avons le sentiment que si New York tourne pas trop mal, Washington est loin de faire le plein et de permettre à la compagnie de dégager des bénéfices" commente l'une des hôtesses de l'air en grève. "D'autant" poursuit-elle" que nous n'avons pas de visibilité économique sur l'entreprise". Inquiétudes injustifiées ou simples constats, personne ne veut en dire plus se bornant à répéter que seul les clients comptent. De fait, OpenSkies affirme que la priorité sera apportée aux passagers. Depuis le préavis de grève déposé mercredi 21 septembre 2011, la compagnie 100% Classe Affaires a opéré près de 80% des vols prévus. Dans ce climat particulier, et pour faire face aux conditions d’annulation, OpenSkies accentue son service aux clients en leur proposant d’autres alternatives via les compagnies partenaires telles que British Airways. et assure que 85 % des vols seront garantis jusqu’au dimanche 2 octobre. Patrick Malval à la tête d'Openskies affirme que « Le personnel en grève représente mois de 10% de l’effectif de la compagnie. Tous les autres salariés se sont mobilisés pour permettre à nos clients d’arriver à leur destination finale le jour prévu »