Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Que font les pilotes des Boeing 787 bloqués?


Les Dreamliner sont interdits de vol depuis mi-janvier. JAL et ANA ont perdu beaucoup d’argent avec cette affaire… D'ailleurs, Boeing a présenté ses excuses aux deux compagnies lors d’une visite au Japon, le 28 février 2013. Mais qu'en est-il des pilotes ? Eux aussi vivent difficilement d’être cloués au sol. Reuters a recueilli les témoignages de ces navigants sans avion.



Que font les pilotes des Boeing 787 bloqués?
L’interdiction de vol des Boeing 787 a bloqué au sol environ 350 pilotes d'All Nippon Airways et Japan Airlines. Depuis mi-janvier, ils sont donc principalement… chez eux. «C’est la première fois que je ne vole pas sur une aussi longue période», confie un pilote d’ANA sous couvert d’anonymat. «C’est comme une répétition pour la retraite. Ma famille se moque de moi en disant que je suis au chômage». Les pilotes qui n’ont pas été autorisés à voler sur d’autres machines Boeing, ont surtout été mis en «jour blanc». C'est-à-dire qu’ils ne sont pas en service. Leur salaire devrait ainsi présenter une baisse de 30 %. «Le salaire est plus élevé que ce que beaucoup de gens sont payés», reconnaît un autre navigant d’ANA «mais parce que les pilotes du Dreamliner ne touchent pas ce qu’ils prévoyaient, certains sont dans des situations financières difficiles», ajoute-t-il. «Cette situation n’est pas la faute de la société, et il est difficile pour l’entreprise de prendre des mesures avant que la cause des incidents soit claire». Pour adoucir les problèmes, JAL envisagerait de verser une indemnité spéciale pour les navigants du Dreamliner. En plus, selon la longueur de l’interdiction, les pilotes pourraient être obligés de repasser par l’entraînement avant de prendre les commandes de l’avion, une situation complexe à gérer pour les transporteurs, mais également pour les employés. «Les pilotes sont mieux en volant», conclut un témoin.
Le CEO de Boeing, Ray Conner, a rencontré le ministre japonais des Transports et les compagnies ANA et JAL lors d’une visite au Japon, ce 28 février 2013. Il leur a présenté les propositions du groupe pour résoudre les dysfonctionnements des batteries des 787. Il a également déclaré «Je veux en premier m’excuser sur le fait que nous avons eu deux incidents avec nos deux précieux clients ANA et JAL». Les deux compagnies sont les premières utilisatrices de l'appareil.