Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Ryanair se dit prête à investir dans Alitalia


Faut-il y voir un geste de respectabilité après les efforts réalisés pour être "plus cool" auprès des passagers ? Ryanair a fait savoir par la voix de son directeur général qu'elle était prête à envisager une participation financière dans le cadre de l'augmentation du capital d'Alitalia. Pour Michael O'Leary, "c'est une voie possible de développement pour asseoir la réussite de la compagnie irlandaise dans l'univers du transport aérien européen".



Du côté de la compagnie italienne, si l'on se dit intéressé par l'offre de Ryanair, on reste cependant prudent sur les capacités de la compagnie irlandaise à investir massivement dans une entreprise très éloignée de sa vision du transport aérien. Ryanair, qui vient d'annoncer son intérêt pour l'aéroport de Fiumicino à Rome, évoque également le possible développement de vols en moyen courrier au départ du hub d'Alitalia. Pour le quotidien Il Messaggero, l'offre est loin d'être ridicule et la direction de la compagnie italienne envisagerait même de répondre très favorablement à la demande de réunion souhaitée par Ryanair. Pour les syndicats de la compagnie aérienne, cette annonce est d'ores et déjà jugée comme catastrophique par le personnel, persuadé que les méthodes de Ryanair conduiront à une très forte diminution du nombre de salariés dans l'entreprise.








1.Posté par Garfield le 05/12/2013 13:13
Le douteux patron de Ryanair ne cherche qu'à syphonner la clientèle des aéroports italiens aux détriments des compagnies normales, et sa première cible est le maillon faible, Alitalia.
La phase suivante, lorsqu'Alitalia aura disparu du ciel européen, sera pour Ryanair de s'attaquer à un autre territoire, en profitant de son nouveau statut de "sauveteur" du transport aérien italien et de sa taille critique nouvellement atteinte, pour s'imposer comme acteur "incontournable" au niveau européen.
Le vrai bilan, ce sera un transport aérien européen affaibli, permettant par la suite à des compagnies majeures extra-européennes de s'installer..., lorsque Ryanair aura à son tour été victime de sa propre politique.