Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Sécurité aérienne : le ministère des Transports canadien n’applique pas toutes les recommandations


Le ministère des Transports du gouvernement fédéral canadien, baptisé Transports Canada, n’a pas mis en place toutes les mesures sur la sécurité de l’aviation civile recommandées par le Bureau du vérificateur général du Canada (BVG) en avril 2012. Le ministère a assuré que les deux dernières seraient appliquées d’ici l’automne 2013.



Sécurité aérienne : le ministère des Transports canadien n’applique pas toutes les recommandations
En avril 2012, le vérificateur général Michael Ferguson publiait un rapport qui mettait en lumière des défaillances dans le système d'inspection des compagnies aériennes. Il indiquait par exemple qu’un tiers des transporteurs les plus à risque n’étaient pas inspectés «conformément aux plans de surveillance en place» et présentait 10 recommandations pour améliorer la sécurité aérienne. Or plus d’un an après, 2 d’entre elles n’ont toujours pas été mises en place. Michael Ferguson pointe maintenant la lenteur de Transports Canada sur ce dossier. Mais le ministère se veut rassurant «Les recommandations du BVG ont été accueillies très favorablement. Avant même que le rapport soit présenté, nous avions commencé à traiter un certain nombre de points qui ont été soulevés dans le rapport d'audit. Jusqu'à présent, le Ministère a mis en œuvre huit des dix recommandations, et la mise en œuvre des deux dernières sera terminée d'ici l'automne 2013», a indiqué au quotidien La Presse la porte-parole du Ministère, Maryse Durette.
Le vérificateur général préconisait à Transports Canada d'analyser sa façon de répondre aux préoccupations sécuritaires soulevées par les acteurs de l’aérien. La nouvelle procédure attendue pour mars 2013 sera finalement déployée à l’automne.
De plus, le ministère devait présenter de nouvelles directives à son personnel dans le cadre de son programme de surveillance. Alors que la démarche devait être faite en décembre 2012, les nouvelles instructions ont été publiées qu’il y a une dizaine de jours, et officiellement elles ne sont toujours pas en place.