Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels

Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Hop! supprime Stuttgart et Düsseldorf au départ de Lyon


Hop! supprime de nouvelles destinations au départ de Lyon. En plus de l’arrêt surprise de la ligne Limoges-Lyon au 13 novembre, elle ne desservira plus les villes européennes de Stuttgart et Düsseldorf cet hiver.



Hop! réduit son programme au départ de Lyon. A cause d’une demande jugée insuffisante, la filiale d’Air France stoppera sa desserte de Limoges le 13 novembre 2013, mais également celle de Stuttgart. La compagnie assurait 12 vols A/R par semaine entre la ville allemande et Lyon.
Elle stoppera également sa ligne Lyon-Düsseldorf à partir du 8 décembre 2013. Néanmoins, les voyageurs d’affaires auront toujours la possibilité d'une liaison directe Lyon Düsseldorf par les airs avec Lufthansa, présente sur cette route.






1.Posté par Mykel le 31/10/2013 10:15
C'est bien, qu'ils continuent comme cela les responsables de chez HOP !, et cette filiale va disparaître rapidement !
C'est une honte !!!!!

AF et HOP !, voici des idées de slogan pour leur campagne de pub à venir :
- "A nous de vous faire préferer la concurrence"
- "voler avec d'autres compagnies, nous ne sommes pas capables de vous proposer quelque chose"
ETC...

Signé un client fidèle AF très deçu de ces news....

2.Posté par Georges le 06/11/2013 13:40
La perspective d'une désagrégation complète à court ou moyen terme du hub lyonnais d'Air France se concrétise. C'est le sort déjà subi par de nombreux hubs pendant ces quinze dernières années: entre autres British Airways à Manchester, Birmingham et Gatwick; Sabena à Bruxelles, Crossair à Bâle-Mulhouse, Air France à Clermont-Ferrand (pourtant le mieux organisé de tous avec certaines correspondances dans le quart-d'heure!). Le modèle du réseau en étoile laisse donc progressivement la place au modèle "point-à-point", où les vols sont, certes, directs, mais nettement moins fréquents, et, surtout, ne couvrent qu'un éventail très limité de destinations. Les perdants ne sont pas vraiment les lyonnais (les routes d'AF seront reprises par des concurrents), mais plutôt les centres moyens comme Caen, Limoges, Metz-Nancy, Pau, Biarritz, Poitiers, etc, dont le raccordement au reste de la France et de l'Europe passait par Lyon.