Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Le culot d’O’Leary vis-à-vis d’Air France


On sait le patron de Ryanair extrêmement audacieux, mélange de trublion et de provocateur. Est-ce dans cet esprit qu’il suggère à Air France d’utiliser ses avions pour alimenter son hub de Roissy ? En pleines négociations entre la direction de la compagnie et les syndicats, son offre ne manque pas de sel.



Le culot d’O’Leary vis-à-vis d’Air France
C’est dans un entretien accordé aux Echos que Michael O’Leary détaille sa stratégie de croissance mais aussi fait cette étrange – audacieuse ? - proposition à Air France : "Quand Air France sera vraiment obligée de se restructurer, peut-être après les élections en France, il devra renoncer au moins à la moitié de son réseau moyen-courrier. Il restera sur les lignes principales, mais pour les passagers au départ de Carcassonne ou de Perpignan, il n’y aura pas d’autre solution que Ryanair". Le patron de la compagnie irlandaise redit avoir "d’ailleurs déjà des discussions en cours à ce sujet avec IAG, TAP, Aer Lingus, Virgin Atlantic, Norwegian". La low-cost est prête manifestement à remplacer Hop ! et, dans la foulée, confirme avoir demandé des slots à Orly et Roissy.

Quant à la politique d’amélioration des services de Ryanair, plusieurs fois évoquée sur DeplacementsPros, O’Leary bat sa coulpe et reconnait avoir changé "de comportement vis-à-vis des passagers". Et selon lui, "Les résultats sont là : nous avons enregistré la plus forte croissance de notre histoire en 2015, en passant de 90 millions à 104 millions de passagers et nous avons relevé de 25 % notre prévision de bénéfices. Cela n’aurait pas été possible uniquement avec des bas tarifs". Le patron de Ryanair le reconnait: "Le fait qu’on pouvait obtenir de tels résultats simplement en étant un peu plus gentil avec les gens a été une révélation pour moi !".