Air France, Benjamin Smith a désormais les mains libres pour négocier ce 1er octobre

Alors que l'on attend la confirmation du départ de Gilles Gateau, le DRH d'Air France, la compagnie confirme que la prochaine réunion entre Benjamin Smith et l'intersyndicale, initialement prévue le 27 septembre dernier mais annulée en raison de la démission de Franck Terner, se tiendra ce lundi 1er octobre. La tranquillité des voyageurs d'affaires pour les prochaines semaines en dépend.

Cette première étape, qualifiée de nécessaire par les représentations professionnelles, devrait normalement ouvrir la voie à de réelles négociations. Mais si l'entente entre direction et délégués est jugée bonne avec des relations cordiales et courtoises, ni la CGT ni le SNPL ne veulent oublier l'objectif à atteindre : une hausse des salaires d'environ 6 % que devra négocier pied à pied Benjamin Smith. Objectif à atteindre pour la compagnie, appuyée par le gouvernement : entre 4 et 5 % maximum.

Mais les syndicats ne limitent pas cette rencontre à une simple hausse salariale. Beaucoup veulent que le nouveau directeur général dévoile sa stratégie pour les prochaines années et conforte le poids des salariés dans les décisions de la compagnie. Plus spécifiquement celui des pilotes qui se sont souvent opposés aux demandes des anciens patrons du groupe que ce soit sur Transavia ou Joon.

Pour mener à bien les négociations, Benjamin Smith - connu pour son sens de l'écoute - ne pourra pas venir les mains vides. Il sait que le conflit ne pourra pas se régler par une simple pirouette et que les syndicats sont prêts à reprendre des grèves dures en cas d'absence de résultats. On devrait en savoir plus en fin de journée ce 1er octobre.