Air France-KLM, le retour de la confiance

Après le personnel au sol et celui en cabine, c’est au tour des syndicats de pilotes d’Air France de donner leur feu vert à un accord salarial. Une reprise du dialogue social qui rassure les milieux financiers. Depuis le 15 janvier, l'action d'Air France-KLM a décollé de 25%. La fin des turbulences ?

Aux commandes d’Air France-KLM depuis la rentrée 2018, le Canadien Benjamin Smith veut faire monter en gamme Air France. Une façon d’éviter la recherche à tout prix de la baisse des charges, qui a coûté leur siège à ses prédécesseurs.

En parallèle, l’ex-numéro deux d’Air Canada souhaite concentrer KLM sur le moyen de gamme, car la compagnie néerlandaise dispose d’une structure de coûts plus allégée que son alliée française.

Des signaux favorablement perçus par les milieux financiers. La confiance semble revenir sur le titre, qui s’est envolé de 17% depuis le début de l’année mais perd encore un quart de sa valeur par rapport à son sommet en huit ans touché en octobre 2017.

En dépit du mouvement des Gilets jaunes, le groupe franco-néerlandais a transporté plus de 100 millions de passagers l’an passé, une première dans son histoire. Il devrait, en outre, profiter de la baisse du cours du pétrole depuis l’automne, alors que le carburant représente un important poste de coûts.