Air France : la participation de l’Etat ne sera pas « éternelle »

Alors que l'administratrice Anne-Marie Couderc prend les rênes d'Air France KLM, la question de la participation de l'Etat au capital de la compagnie tricolore reste sur la table. Et selon l'Elysée, son niveau actuel n'a pas vocation à être "éternel".

Aucune déclaration officielle mais "une source" de l'Elysée a confirmé ce mardi 15 mai à Reuters que "Il n'y pas de projet à ce stade de baisser la participation de l'Etat français dans AirFrance-KLM mais cela ne signifie pas que son niveau actuel est éternel". Aujourd'hui, l'Etat français détient 14% du capital d'Air France-KLM et 23% des droits de vote.

Air France-KLM doit annoncer dans la journée une gouvernance de transition après la démission de son PDG Jean-Marc Janaillac pour sortir de l'impasse de la crise sociale. A priori, l'Etat n'ajoutera pas de la crise à la crise en proposant une privatisation immédiatement, d'autant qu'au niveau actuel du titre en Bourse, en chute libre depuis le début de l'année, il n'y a vraiment aucun intérêt. Quant à la durée de l'intérim, il est "logique" que la compagnie aérienne prenne le temps de trouver un nouveau PDG, a ajouté la source, devant l'Association des journalistes économiques et financiers.