American aussi lance son billet sans bagage cabine

American suit l'exemple de United Airlines. Comme sa concurrente, la compagnie américaine lance un billet à petit prix qui ne permet pas d'avoir de bagage cabine. Cette nouvelle offre qui chasse sur les terres des low-cost, sera mise en vente à partir du mois de février.

American Airlines lance un nouveau tarif "Basic Economy". Avec ce billet premier prix non remboursable et non échangeable, les voyageurs d'affaires ne pourront pas monter dans l'avion avec un bagage cabine. Ils seront uniquement autorisés à avoir un petit sac si sa taille permet de le glisser sous le siège. Si le passager arrive à la porte d'embarquement avec un sac ne correspondant pas à ce critère, il devra le faire enregistrer et débourser 25 dollars pour cela (puis 35 dollars pour le second). A bord, les clients s'installeront en Eco et auront les mêmes conditions d'accueil que les autres passagers de cette cabine (divertissement gratuit, boisson non alcoolisée et snack).

Par ailleurs, les voyageurs d'affaires ne pourront pas choisir leur siège. Une place leur sera automatiquement attribuée au moment du check-in. Il est toutefois possible de sélectionner son fauteuil 48h avant le vol contre une charge supplémentaire. En outre, les passagers Basic Economy seront les derniers à embarquer.

En revanche, les membres du programme d'AAdvantage ayant acheté ce billet, profiteront toujours des avantages offerts par leur statut. Ils bénéficient ainsi de services Priority, d'un bagage enregistré gratuit. Ils cumuleront également des Miles mais moitié moins qu'avec un billet Main Cabin.

American précise que cette nouvelle offre ne sera pas disponible sur tous ses vols. Elle sera lancée sur "10 marchés et sera étendue en ligne avec l’intérêt des clients". Le président de la compagnie, Robert Isom, ne cache pas les intentions de cette nouvelle gamme : récupérer des parts de marché aux low-cost "ce nouveau tarif donnera également la possibilité à American de concurrencer plus efficacement le nombre grandissant des compagnies ultra low-cost".