Après un premier trimestre en recul, l’hôtellerie française reprend des couleurs

Après un premier trimestre ayant enregistré des taux d’occupation en recul, le mois d’avril marque un tournant positif. Les taux d’occupation progressent à nouveau de 3% à 4% sur les catégories Milieu de gamme, Economique et Super Economique. Seules les catégories Luxe et Haut de gamme enregistrent encore un léger recul d’occupation selon le dernier baromètre mensuel de l'hôtellerie In Extenso TCH.

Depuis le mois de janvier, les prix moyens par chambre louée sont en hausse sur tous les segments, sauf pour les catégories Luxe et Haut de gamme, qui enregistrent une baisse de recette en comparaison à 2018.

En données cumulées et malgré un mois d’avril positif, le taux d’occupation moyen enregistre encore une légère baisse. Cependant, la progression du revenu moyen de 2% par chambre louée suffit à faire augmenter le chiffre d’affaires hébergement (RevPar) au niveau national de 1,7% sur les quatre premiers mois de l’année.

Ile-de-France
En avril 2019, le trafic des aéroports de Paris est en progression d’un peu plus de 8% par rapport à l’année dernière, avec 9,4 millions de passagers, notamment parce que l’an dernier à la même période, le trafic aérien avait été fortement impacté par les grèves de personnel d’Air France.

Ainsi, et depuis le début de l’année, ce sont 33,2 millions de passagers qui ont transité par les aéroports de Paris. Une augmentation de 5% par rapport à l’an dernier.

Quant à l’hôtellerie en région parisienne, fortement impactée ces derniers mois par la mauvaise conjoncture, elle affiche en avril des résultats en nette amélioration. Les hôtels Economiques et Milieu de gamme affichent une hausse de 3% d’occupation. Si les catégories Haut de gamme et Luxe peinent toujours à se maintenir, elles enregistrent tout de même des taux d’occupation tout à fait satisfaisants, d’environ 80%. Notons également que les hôteliers continuent à jouer sur le levier du prix moyen, permettant une progression de 3% du chiffre d’affaires hébergement (RevPar) en Avril. Le pôle de Roissy Charles de Gaulle a pour sa part souffert de l’absence du Salon Intermat qui s’était tenu en avril 2018 à Villepinte durant six jours. Pour résumer, la crise des Gilets Jaunes commence à s’estomper et les performances repartent à la hausse pour les hôteliers.

Régions (hors Île-de-France et Côte d’Azur)
La météo clémente durant les vacances de Printemps a permis aux hôteliers en régions d’enregistrer des niveaux d’occupation en croissance sur l’ensemble des catégories, avec des progressions de 3% à 5% selon les segments. Au total, le chiffre d’affaires hébergement (RevPar) enregistre une hausse significative de 5% par rapport à avril 2018.

Dans les réussites à souligner, Montpellier Méditerranée Métropole a enregistré des chiffres particulièrement positifs, qui s’expliquent par la tenue de nombreux événements, dont le salon Ob’Art, le Congrès de la confédération Francophone d’Hypnose et de Thérapie Brève. Si la crise des Gilets Jaunes a principalement touché Paris et l’Île de France, certaines métropoles régionales comme Nice, Bordeaux ou Toulouse ont également souffert d’un ralentissement de leur activité. Les chiffres en régions restent malgré tout dans le vert quand on considère le chiffre d’affaires hébergement à fin avril 2019.

Côte d’Azur
Après une saison d’hiver compliquée, la Côte d’Azur a enregistré des réservations en masse grâce aux vacances, au week-end de Pâques et au beau temps. Les hôteliers sont satisfaits de leur début d’année et confiants pour le reste de la saison 2019, malgré des chiffres d’affaires hébergement en retrait. Avril 2018 avait par ailleurs été fortement désavantagé par la météo, les grèves et les vacances scolaires décalées.