Attali réclame la démission du C.A. d’Air France, Twitter s’enflamme

Ancien Président d'Air France, Bernard Attali a publié ce 4 juillet une tribune pour appeler à "Arrêter le massacre". Demandant la démission complète du Conseil d'administration d'Air France, il provoque une flambée de commentaires sur Twitter.

Président d'Air France de 1988 à 1993, Bernard Attali - à ne pas confondre avec son grère jumeau Jacques - a beaucoup transformé l'entreprise durant cette période, participant au lancement d'Amadeus, fondant les bases du hub de Roissy, achetant UTA et Air Inter notamment. Il précédait ainsi la présidence de Christian Blanc. La situation actuelle de la compagnie le met en rage, et il appelle donc dans Les Echos.

Il s'en prend particulièrement au Conseil d'administration : "Quelle crédibilité garde ce conseil, lui qui, contrairement aux usages, n'a préparé aucun plan de succession, pour finalement s'en remettre en catastrophe à des chasseurs de têtes anglo-saxons ? Lui qui a laissé son président se fracasser sur le mur d'un référendum imbécile. Lui qui, ballotté par des pressions contradictoires, s'avère depuis des semaines incapable de lui choisir un successeur !"

Pour lui il n'y a qu'une solution : "les membres sérieux de ce conseil (il y en a) s'honoreraient en reconnaissant leur échec et en laissant la place à plus compétents. Ou à plus courageux.

Depuis 48h, les commentaires se multiplient : de ceux qui lui suggèrent de rester auprès de ses rosiers supposés à ceux qui se demandent pourquoi personne ne l'a interrogé plus tôt. Le conseil d'administration se sabordera t-il, pour de nouvelles fondations ? Cela n'ajoutera t-il pas de la crise à la crise ? Comment faire table rase quand, finalement, Bercy semble gérer indirectement l'entreprise ? Faut-il rappeler Spinetta, qui a travaillé il y a quelques mois sur la réforme de la SNCF ?

Le fait est que les conseils ne manquent pas. Et pendant ce temps... les salariés du groupe attendent toujours la fumée blanche sur le siège du groupe à Roissy.