Aviation d’affaires : la santé avant le caviar !

Que mange-t-on dans un jet privé ? Les voyageurs d’affaires sont plus intéressés par les repas « santé » que par le caviar d’après l’entreprise de location de jet privé PrivateFly !

On imagine que la plupart des vols privés s’accompagne de foie gras, truffe, caviar et champagne coulant à flot. Mais de la même façon qu'un jet privatisé peut être plus efficace qu'un vol commercial classique, il ne faut pas croire que la formule soit celle de toutes les gabegies gastronomiques ! Les préférences des voyageurs ont d'ailleurs évolué au cours des dernières années, selon Privatefly, le caviar laissant place à des plats plus simples et plus sains.

"Nous recevons beaucoup de demandes pour des régimes particuliers : végétariens, sans gluten, sans sel, sans graisse ou cétogène, … la liste est longue. Les restaurateurs de l’aviation privée savent s’adapter à toutes sortes de demandes", explique Charlotte de Beaumont, responsable marketing de PrivateFly."Cet été, les plats les plus demandés à bord sont la salade niçoise, les plateaux de crudité et les sandwiches au saumon ou au poulet. Les sushis sont également de plus en plus populaires. Pour le petit-déjeuner, les demandes sont généralement très simples, à base de fruits et de viennoiseries".

En ce qui concerne les boissons, on se laisse un peu plus aller en revanche : PrivateFly confirme que le champagne et les vins pétillants restent très populaires, en particulier pour les vols de loisirs ou en cas de célébrations. Mais beaucoup préfèrent les jus frais et les boissons protéinées et énergétiques.

Le changement de régime des voyageurs en dit beaucoup sur les utilisateurs de jet privé d’aujourd’hui. L’âge moyen de ses clients est de 39 ans et beaucoup d’entre eux sont plus soucieux de leur bien-être que les précédentes générations. "Ils choisissent l’aviation privée pour se déplacer plus efficacement et éviter de perdre du temps dans les transports, ce qui leur permet d’équilibrer leur vie privée et leur vie professionnelle plus sainement et d’être complètement flexibles, y compris en ce qui concerne ce qu’ils mangent", conclut Charlotte de Beaumont.