Avis et Hertz se lancent dans la voiture autonome

Face aux avancées rapides des voitures « sans chauffeur », Avis et Hertz veulent prendre toute leur place dans l’évolution annoncée du transport automobile. Si les deux loueurs ne donnent pas de date pour l’intégration de ces véhicules autonomes dans leur flotte, tous les deux sont désormais persuadés que le marché qui s’annonce sera source de développement.

Avis vient de signer un contrat avec Google autour des voitures autonomes et aimerait que les premiers véhicules rejoignent la flotte d’ici à 2022. Pour le groupe, le parc potentiel devrait dépasser les 1000 véhicules dès la mise en place d'une offre commerciale qui viserait, dans un premier temps, les flottes d'entreprise. Mais le loueur sait que de nombreux écueils sont encore à franchir et que le coût actuel des assurances ne permet pas d’imaginer une offre tarifaire compétitive.

Même vision pour Hertz qui concrétise sa volonté d’être une entreprise novatrice du domaine. L’entreprise vient de louer à Apple six voitures autonomes, des VUS Lexus, pour une série de tests visant à équiper la firme à la pomme d’une flotte "propre". Apple n’a jamais caché que le projet de voiture autonome était au cœur des préoccupations de l’entreprise informatique. Pour Tim Cook, son CEO, "La voiture autonome est l’avenir du transport". Hertz n'a pas précisé le nombre de voitures qui sera intégré dans le parc mais à tenu à préciser que les coûts locatifs resteraient compétitifs.

Pour les analystes, le choix d’Avis et de Hertz devrait se révéler essentiel au développement de la LCD, bousculée aujourd’hui par une baisse constante des tarifs de location.