B737 Max: Au moins 58 000 heures de travail pour remettre en service tous les avions (Vidéo)

Si certains faisaient preuve d'optimisme ces derniers jours quant à la possibilité de revoir rapidement les B737 Max reprendre la voie des airs, les nouvelles en provenance des Etats-Unis sont moins encourageantes.

Dans la somme d'informations publiées sur le Boeing 737 Max, une dépêche de l'agence Reuters indiquait, il y a quelques jours, qu'il faudrait jusqu'à 150 heures de travail pour que chaque 737 MAX puisse redécoller. Avec 387 avions cloués au sol, cela représente 58 000 heures. Et encore, ce chiffre ne comprend même pas la formation des pilotes.

Chaque avion immobilisé au sol doit être vérifié, ses fluides changés, ses moteurs testés, et le nouveau logiciel doit être téléchargé et utilisé - sans doute de manière très approfondie. Il s'agira d'un processus long et coûteux.

Il y a également un autre facteur qui empêche de lever l'interdiction de vol: c'est de savoir si la FAA (Federal Aviation Administration) a précipité le processus de certification initial. Cette question fait actuellement l'objet d'une enquête du Congrès américain et du ministère des Transports.

Certains se sont demandé si une FAA disposant de ressources insuffisantes n'avait pas laissé trop de marge de manœuvre à Boeing lors de la première certification du 737 MAX. The Economist rapporte que les étapes du processus de certification étaient souvent dirigées par Boeing, qui a également été en mesure d'approuver bon nombre des caractéristiques de sécurité de l'avion.

Lorsque le 737 MAX a été certifié pour la première fois, il y a près d'une décennie, Boeing faisait face à une concurrence intense de la part de son rival Airbus qui avait commencé à produire l'A320neo, un appareil plus économe en carburant que le 737.

Boeing était sous pression concurrentielle et financière et des questions sont soulevées quant à savoir si le processus de certification du 737 MAX a été accéléré afin de lutter contre Airbus.

Mais même si la FAA lève l'immobilisation dans un avenir proche, il n'y a aucune garantie que les autorités aéronautiques d'autres pays suivront l'exemple. La majorité (80%) des 737 MAX du monde volent en dehors des Etats-Unis et en dehors du champ d'application de la FAA.

Il est donc à peu près certain que d'autres pays seront réticents à simplement suivre l'exemple de la FAA sans faire leurs propres vérifications complètes.

Le dernier obstacle à lever, et non des moindres, concerne la confiance que les passagers peuvent désormais avoir en cet appareil. Selon une très récente enquête réalisée par la compagnie américaine SouthWest, il apparaît justement qu’un grand nombre de passagers ne sont pas prêts à monter tout de suite à bord d’un 737 MAX.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez voir une partie de 500 Boeing 737 Max stationnés sur le parking de Boeing à Seattle, toujours en attente de livraison.