Boost, Air France viserait trois classes à bord

Selon des sources syndicales, Air France viserait une implantation originale pour les appareils qui équiperont la nouvelle compagnie. Présentée comme une low cost, elle disposerait pourtant de trois classes à bord (business, premium et eco) avec une offre tarifaire plus agressive que celle existante aujourd’hui sur les destinations « loisirs » de la compagnie.

"Boost veut viser une clientèle qui a les moyens de voyager pour ses vacances. La compagnie a imaginé une low cost capable de concurrencer ses compétiteurs européens en jouant sur un équipement de cabines qui viserait toutes les approches économiques du voyage et pas seulement les 18-35 ans", explique notre interlocuteur qui ajoute : "Il existe une clientèle aisée qui veut disposer de services à bord de qualité".

Jean Marc Janaillac l'aurait répété en interne : "Copier ne servirait à rien, il faut innover tout en respectant le business model des compagnies à bas prix". C'est cette ligne directrice qui guiderait le projet. Et les idées originales ne manqueraient pas. Actuellement et en attendant une réunion du SNPL en Conseil extraordinaire, prévue pour ce jeudi 8 juin, la compagnie repense ses A330 et travaille à de nouveaux sièges en premium, et à des équipements repensées : toilettes modernisées, calorimétrie globale retravaillée, mini bar à bord et une implémentation et 2-2-2 pour la classe avant. Le tout à l'image de ce que font les compagnies asiatiques ou américaines avec, en business, un décalage des sièges qui permet un accès permanent au couloir.

Une "low cost novatrice", c’est la présentation en interne du projet. Et l’idée de faire la différence avance à grand pas, Air France veut marquer les esprits. Pour l’heure, le groupe ne communique toujours pas sur son projet et l’annonce prochaine du patron de Boost, sans doute Jean-Michel Mathieu ou Antoine Pussiau, devrait permettre d’en savoir un peu plus sur la finalité d'un projet dont on connait déjà en grande partie les destinations choisies.