Brexit: en cas d’absence d’accord British Airways pourrait voler sous statut espagnol

IAG, le groupe propriétaire de la compagnie aérienne britannique, anticipe l'après Brexit et envisage plusieurs scénarios pour continuer de faire voler ses avions, même dans le cas ou aucun accord ne serait signé avant la date limite de mars 2019.

Selon le journal espagnol El Pais, le groupe est actuellement en pourparlers avec le gouvernement espagnol et la Commission européenne pour établir son statut d'entreprise dans l'UE. Le groupe a déjà son siège social à Madrid et à Londres, sans parler des autres compagnies aériennes européennes qu'il possède, comme Iberia et Vueling. Il ne s'agirait que d'un jeu d'écritures car en aucun cas le pavillon britannique ne quittera son pays. Un dirigeant d'IAG a d'ailleurs précisé au journal Mirror que "le siège de BA restera au Royaume-Uni".

La nouvelle arrive alors que la date limite pour Brexit en mars 2019 approche à grands pas et que la possibilité d'un Brexit sans accord se profile à l'horizon. Bien sûr, l'impact de Brexit sur l'aviation n'est pas encore connu, mais c'est justement cette incertitude qui semble inciter l'industrie de l'aviation à prendre des mesures préventives.

Pas d'inquiétude outre-mesure pour le groupe IAG qui reste assez confiant dans l'issue des négociations, "Nous restons convaincus qu'un accord global sera conclu. Il est dans l'intérêt du Royaume-Uni et de l'UE d'avoir un accord aérien totalement libéralisé."