Bruxelles : 600 millions d’euros pour désencombrer l’espace aérien européen

La Commission européenne a annoncé, le 10 juillet 2013, qu’elle allait investir 600 millions d'euros pour désencombrer l'espace aérien européen. Elle va mettre en place un programme dont le but est de prévenir une pénurie de capacités, compte tenu que les prévisions tablent sur une augmentation des vols de 50 % au cours des 10 à 20 prochaines années.

Bruxelles : 600 millions d'euros pour désencombrer l'espace aérien européen
L'objectif de ce programme est de mettre au point la nouvelle technologie nécessaire à la création du ciel unique européen qui devrait tripler la capacité et réduire de moitié les coûts de gestion du trafic aérien. "Le programme de recherche vise à rendre le transport aérien plus propre, plus économique et plus sûr", explique Bruxelles. Les nouveaux fonds seront principalement destinés à trouver des moyens de permettre aux compagnies aériennes d'emprunter les itinéraires qu'elles préfèrent (et qui sont les plus directs) en mettant en œuvre de nouvelles technologies pour l'échange de données entre l'appareil en vol et le sol. Ils vont servir également à inclure de nouveaux types d'aéronefs (tels que les drones) dans le système de gestion du trafic aérien ou encore à optimiser la gestion du trafic, surtout au sol, en améliorant par exemple l'efficacité et la sûreté des manœuvres pour accéder aux pistes et en sortir, quelles que soient les conditions météorologiques.
Les recherches seront menées par l'entreprise commune (EC) pour la réalisation du système européen de nouvelle génération pour la gestion du trafic aérien (SESAR), dont le mandat sera prolongé pour huit ans, jusqu'en 2024. Le projet fait appel à plus de 2 500 experts qui couvrent l'ensemble du domaine de la gestion du trafic aérien (ATM). Ces spécialistes continueront à mener des recherches conjointes sur l'ATM, et les activités de développement et de validation se poursuivront en parallèle.