Déplacements dangereux au Sri Lanka

Le quai d'Orsay appelle à la prudence les voyageurs se trouvant au Sri Lanka et recommandent à ceux qui projettent de s'y rendre dans les prochains jours, de différer leur voyage. Le pays est plongé dans une crise politique depuis quelques jours. Des manifestations violentes ont eu lieu et d'autres rassemblements sont programmés.

La crise politique au Sri Lanka est susceptible de dégénérer en "bain de sang", s'est inquiété lundi le président du Parlement après le limogeage contesté du Premier ministre remplacé par l'ex-homme fort de l'île.

Dans une décision surprise vendredi, le président Maithripala Sirisena a démis de ses fonctions le chef de gouvernement Ranil Wickremesinghe et nommé à sa place Mahinda Rajapakse. Ce dernier avait dirigé le Sri Lanka d'une poigne de fer entre 2005 et 2015 et mis un terme à la guerre civile avec la rébellion tamoule au prix d'une brutale offensive.

Dénonçant son renvoi comme inconstitutionnel, Ranil Wickremesinghe se maintient cependant au pouvoir et demande une session d'urgence du Parlement pour prouver qu'il y détient toujours la majorité. Or l'assemblée a été suspendue par le président jusqu'au 16 novembre, pour couper court à toute remise en cause parlementaire de son choix.

La confrontation a d'ores et déjà fait un mort par balles. Un homme de 34 ans a été tué dimanche lorsque des gardes du corps du ministre du Pétrole, un proche du Premier ministre démis, ont tiré sur une foule hostile.

La tension est palpable dans la capitale sri-lankaise. Les congés ont été annulés au sein de la police.