Emirates a une solution face à l’interdiction des ordinateurs à bord

Washington et Londres exigent que tous les appareils électroniques plus gros qu'un smartphone soient enregistrés en soute sur les vols provenant du Maghreb ou du Moyen-Orient. Ce nouveau dispositif, mis en place le 25 mars, conduit les voyageurs d'affaires à perdre de nombreuses heures de travail ou, pour les moins studieux, de visionnage de film. Emirates a - en partie - une solution à ce problème : elle prend en charge les ordinateurs et tablettes lors de l'embarquement.

Emirates propose à ses passagers voyageant vers les USA de prendre en charge leurs ordinateurs et tablettes à la porte d'embarquement. Ainsi ils peuvent utiliser leurs appareils électroniques pendant leur attente à l'aéroport de Dubaï ou la première partie de leur voyage s'ils sont en correspondance.

Les voyageurs d'affaires doivent simplement remettre les appareils interdits en cabine sur les vols US aux agents de sécurité présents à la porte d'embarquement. Ils sont placés dans des boites puis mis en soute. Ce service est gratuit.

Toutefois, la compagnie du Golfe conseille à ses clients débutant leurs voyages au départ de Dubaï de placer leurs ordinateurs, tablettes et autres appareils interdits directement dans leurs bagages enregistrés afin d'éviter les retards.

Elle rappelle également que ses vols vers les USA via Milan et Athènes ne sont pas concernés par la nouvelle directive de la TSA. Un élément qui fait s'interroger un peu plus sur la pertinence et l'efficacité de la mesure.