Emirates discute « correspondances » avec Easyjet face à Air France

Selon La Tribune, "Emirates discute avec Easyjet pour pouvoir connecter à Londres, Milan et peut-être Genève, ses vols long-courriers avec ceux de la compagnie du Golfe". Un tel accord permettrait à la compagnie de Dubaï de faire passer via Londres, Milan ou Genève les passagers français qu’elle ne peut transporter au départ de France en […]

Selon La Tribune, "Emirates discute avec Easyjet pour pouvoir connecter à Londres, Milan et peut-être Genève, ses vols long-courriers avec ceux de la compagnie du Golfe".

Un tel accord permettrait à la compagnie de Dubaï de faire passer via Londres, Milan ou Genève les passagers français qu'elle ne peut transporter au départ de France en raison du refus du gouvernement français de lui accorder des vols supplémentaires. La Tribune rapporte les propos du patron d'Emirates Tim Clark : "Nous discutons avec Easyjet non seulement à Londres-Gatwick mais aussi à Milan Malpensa, et peut-être à Genève, c'est assez intéressant pour nous" propos tenus lors de l'assemblée générale de l'association internationale du transport aérien (IATA) qui se tenait lundi et mardi à Sydney.

En complément du papier de la Tribune

Easyjet nous fait parvenir sa position sur le sujet. La voici :

"easyJet a développé des positions dominantes dans plus d’aéroports principaux à travers l’Europe que n’importe quelle autre compagnie aérienne, et dessert la grande majorité des 100 lignes aériennes les plus importantes du continent, faisant d’elle le partenaire le plus attractif pour le trafic court-courrier en Europe.

Le lancement de ‘Worldwide by easyJet’, permettant des connexions facilitées d’un vol à l’autre grâce à un « hub digital » offrant une expérience similaire aux compagnies traditionnelles - tout en maintenant une approche simplifiée et efficace - expose easyJet à un marché supplémentaire de plus de 70 millions de passagers. Emirates, comme beaucoup d’autres compagnies, a exprimé son intérêt pour ce concept, toutefois conçu pour intégrer de multiples opportunités actuellement à l’étude à travers l’Europe".