Emmanuel Ebray, HRS : «Avec Aïda, nous allons renforcer les taux d’adoption de notre portail!»

Le rendez-vous Univ’AirPlus qui a lieu aujourd’hui marque le lancement officiel en France de la carte logée Aïda - AirPlus Integrated Data and Acceptance - qui permet de générer des numéros virtuels de cartes de crédit pour la Carte Logée. Ce sera aussi le développement en France de l’accord passé entre AirPlus et HRS, permettant aux acheteurs de disposer d’une solution « complète » intégrant la facturation hôtelière via la carte et le reporting associé. Une formule qui va permettre de lever des freins à l’adoption de la solution HRS, estime son Directeur général Emmanuel Ebray. Explications.


DeplacementsPros.com : Vous avez expérimenté l’accord Aïda-HRS depuis un an dans plusieurs pays européens, en quoi va-t-il changer les choses en France ?

Emmanuel Ebray : Nous avons plus d’une centaine de clients qui ont adopté cette solution de Global paiement et nous sommes en test en France depuis le mois de juillet. Nos clients ne cherchent pas forcément de solution de paiement, d’autres au contraire attendaient une solution de centralisation que nous ne pouvions pas leur proposer jusque là, notamment des agences de voyage. La formule nous permet d’additionner une couverture hôtel de 250 000 adresses dans le monde à une solution de paiement, une solution basée sur une Mastercard qui autorise une acceptation maximale. Cela permet clairement de lever des freins à l’adoption, avec une garantie de réservation et un paiement centralisé, bénéficiant du reporting associé. En fait cela ne perturbe en rien l’expérience du client, cela lui simplifie la vie ! Nous avons un portail grand public avec une déclinaison B to B, il suffit à l’utilisateur d’avoir paramétré son profil avec la carte logée au lieu d’introduire sa carte perso et le tour est joué. Il réserve en deux clics, et il n’a pas l’inquiétude de voir sa carte perso débitée. Cela le rassure, d’où le taux d’adoption plus élevé. A noter d’ailleurs que l’hôtelier aussi apprécie, puisqu’il a une garantie de paiement supplémentaire.

DeplacementsPros.com : L’économie est globalement en berne depuis le début de l’année, quel bilan tirez vous des 8 premiers mois de l’année 2014 chez HRS ?

Emmanuel Ebray : Nous en sommes extrêmement satisfaits, avec une croissance supérieure à celle que nous attendions : elle atteint +40% au premier semestre grâce à deux éléments : une intensification des partenariats avec certains clients pour faire monter l’adoption vi les outils HRS ou les outils métiers, mais aussi de nouveaux clients que je ne peux pas citer mais non des moindres. On peut dire sincèrement que cela va bien. Nous sommes en recrutement permanent, nous allons devoir doubler la surface des locaux. Ce sont de bons problèmes à gérer ! Ce qui nous importe, c’est que cette croissance ne se fasse pas n’importe comment. Nous avons une activité de service, c’est donc une croissance naturelle mais nous pensons qu’elle liée aussi à la qualité de notre service.

J’ai bien conscience que cette croissance est aussi due au fait que notre métier répond à un besoin de consolidation d’une part et de réaliser des économies d’autre part, sans sacrifier au confort des collaborateurs de l’entreprise. Nous ne sommes pas seuls sur le marché mais notre métier fait du sens aujourd’hui puisqu’il permet de faire des économies en cohérence et dans le cadre d’une politique voyages, tout en garantissant la sécurité et le confort des voyageurs.

DeplacementsPros.com : Sécurité et confort, ce sont des notions qui progressent semblent-ils chez les acheteurs et les TM ?

Emmanuel Ebray : On ne peut pas demander chaque année à un acheteur ou un TM de faire -15% sur un budget. Il y a forcément un moment ou ça s’arrête. Il y a effectivement une sensibilité de plus en plus grande des interlocuteurs sur cette notion de confort en dessous de laquelle les collaborateurs ne voudront pas se déplacer. Je n’ai pas de chiffres ou d’enquête là-dessus, mais c’est un ressenti très net.

DeplacementsPros.com : Après Univ’AirPlus, le prochain rendez-vous de la profession a lieu à l’IFTM Top Resa, du 23 au 26 septembre. Vous aurez d’autres nouveautés à y annoncer ?

Emmanuel Ebray : Le développement de la solution de Global Paiement Aïda est déjà un beau lancement pour nous ! Nous allons aussi réaffirmer notre offre de sourcing et notre particularité groupes et séminaires. L’offre sourcing consiste à offrir gratuitement un service de conseil que nous développons depuis 4 ans pour accompagner la politique «hôtels» des entreprises, en particulier pour la négociation. Avec nos 40 000 clients et 450 000 tarifs négociés dans le monde, nous sommes capables de benchmarker des dizaines de millions de résa et donc de dire à un client sur une ville donnée si son tarif est bon, moyen ou mauvais. C’est une valeur ajoutée extrêmement forte que nous avons et elle n’est pas encore assez connue.

Par ailleurs nous avons une équipe dédiée séminaire et groupes de 4 personnes avec environ 32 000 hôtels qualifiés groupes sur notre portail. L’organisation d’événements est encore souvent très éclatée au sein des entreprises, nous avons la capacité de consolider les datas pour consolider les dépenses. Nous pouvons aller jusqu’au développement d’un portail dédié à l’organisation d’un événement pour permettre aux participants du monde entier de s’y connecter. Nous nous attachons à le faire savoir.

Enfin notre dernière nouveauté et non des moindres, ce sera la mise en place fin septembre d’un partenariat avec Sabre, comme celui que nous avons passé avec Amadeus il y a 18 mois. Nous intégrerons fin septembre-début octobre le contenu d’hôtels indépendants dans le GDS. Nous avons donc d’ici la fin de l’année une activité extrêmement dense, une actualité stratégique avec des enjeux forts de croissance. J’aborde la rentrée de façon enthousiaste !

Entretien réalisé par A. Fave