Etes-vous un bon communicant ? 2ème partie

111

La part du non-verbal est essentielle dans la communication, c’est ce que mettait en exergue la première chronique Coaching de DeplacementsPros. Rappelons que des tests scientifiques ont montré que dans le cadre d’un échange entre deux ou plusieurs personnes, ce qui est perçu et retenu par l’auditoire est à plus de 80% le non verbal (également appelé « langage analogique »), à savoir la voix, la gestuelle, la posture,... Comment améliorer cette communication ? C’est toute la question !

Disons-le clairement, il est assez illusoire d’imaginer que l’on puisse contrôler ce qui n’est finalement qu’une expression – la plupart du temps inconsciente – de nos ressentis et de nos émotions. Les gestes que nous faisons en parlant, les mimiques qui viennent animer notre visage, les modulations de notre voix sont des éléments qui nous échappent le plus souvent et ne font que traduire ce que nous ressentons à l’intérieur de nous. Le non verbal est en fait la manifestation spontanée de ce qui nous anime vraiment au plus profond de nous.

Mais lorsqu’il y a dissonance entre nos mots et notre attitude, c’est notre attitude que nos interlocuteurs choisissent inconsciemment d’enregistrer ! Dans ces conditions, quelle influence avons-nous sur notre propre communication et comment pouvons-nous l’améliorer ?

Si l’on s’en réfère à la PNL (Programmation Neuro-Linguistique), c’est la relation que nous entretenons avec nous-mêmes qui nous permet d’améliorer notre capacité à communiquer avec l’autre. Avec un maître-mot, un outil particulièrement puissant : la congruence.

On dit d’une personne qu’elle est congruente lorsque ce qu’elle dit, ce qu’elle fait et ce qu’elle pense sont en cohérence; en d’autres termes, lorsqu’il y a accord entre les composantes verbales et non verbales de sa communication. C’est également la zone comportementale la plus efficace et la plus confortable puisque "ce que je dis" est crédibilisé par "ce que je suis" et "ce que je fais".

Dans tous nos rapports avec les autres, qu’ils soient personnels ou professionnels, l’absence de congruence se détecte assez facilement et même sans en être conscients, nous allons ressentir, en face d’une personne incongruente, une sensation de malaise qui n’est rien d’autre que le reflet du malaise de notre interlocuteur.

Pensez-y lors de votre prochaine réunion : si ce que vous dites n’est pas en accord avec ce que vous pensez et ressentez réellement, vous risquez d’adresser des messages contradictoires qui seront perçus comme autant d’éléments venant brouiller la communication et par là même, l’efficacité de votre discours.

Bernadette Py
Coach et Conseil en communication
Tél.: 06.60.75.51.89
e-mail : [email protected]