Exclusif : Air France, le retour de Patrick Alexandre et les nouvelles fonctions de Bruno Matheu

Ce sera annoncé dans quelques jours et l'information devrait marquer le départ d'une réorganisation attendue chez Air France, et promise par Alexandre de Juniac. Première surprise, le retour de Patrick Alexandre, aujourd'hui PDG de Servair. Sa mission : reprendre une direction client "France et Europe". Pour ce meneur d'hommes, très apprécié lors de son passage à Air France, ce come-back dans le sérail donnera le ton d'une politique commerciale renforcée à l'écoute du client.

Autre annonce attendue, celle qui verrait Bruno Matheu, aujourd'hui au côté d'Alexandre de Juniac, appelé à prendre la direction du long courrier avec une partie de l'escale de Roissy. On avait évoqué un temps son départ vers de grandes entreprises, comme Veolia, ce ne serait plus d'actualité. Sans véritablement parler d'une promotion, Bruno Matheu "paierait" quelques erreurs stratégiques comme les bases de province, laboratoire social expérimental, aux résultats financiers plus que moyens ou le siège business faussement plat lancé il y a deux ans et totalement repensé aujourd'hui. Autre reproche formulé, sa mésentente avec Delta Airlines, partenaire renforcé d'Air France/KLM, aujourd'hui indispensable sur l'axe transatlantique face à British Airways et American Airlines. La refonte du pôle commercial en deux entités distinctes, loisir et corporate, effective le 15 octobre prochain permettra à la compagnie d'avoir une meilleure lisibilité de ses actions en direction des agences de voyages tout en optimisant le Corporate, devenu indispensable à la rentabilité d'Air France. Enfin, le PRF qui se dessine aujourd'hui viendra confirmer, dès le début janvier 2013, ce qui apparait bien comme une structure de "combat", bien décidée à affronter la concurrence des low cost.

Il reste quelques solides inconnus comme le développement de l'accord avec Etihad, annoncé hier lundi. Si les commentaires se multiplient en France et à l'international sur le simple code-share, l'enjeu réel se jouera début 2013 avec une coopération accrue et une véritable stratégie de conquête de nouveaux marchés. Airberlin devra se positionner dans Oneworld et nul doute qu'Etihad ouvrira de nouveaux marchés australiens à Air France. Une partie de ceux que Qantas a fermé en signant son rapprochement avec Emirates. De fait, jamais les cartes de l'aérien n'auront été autant redistribuées. La faiblesse actuelle de Lufthansa, les attentes d'American Airlines et de United, le rachat potentiel de TAP par des Brésiliens... Autant de sujets qui vont bousculer le monde du transport aérien ces prochaines semaines. Souhaitons que ce soit pour le bénéfice des clients. Pas si sûr !

Marcel Lévy