IAG veut développer Level y compris pour les voyageurs d’affaires

A une époque où le prix reste toujours un argument de taille pour les PME/PMI, Willie Walsh le patron de Level pense que les offres de la compagnie low cost peuvent également intéresser les voyageurs d’affaires. Le Paris/New York lancé cet été en est, selon lui, un bon exemple.

Pour assurer le développement de Level, le patron d’IAG a des idées. Deux, plus exactement. Une première qui s’appuierait sur 15 avions en 2022 et une seconde qui doublerait ce chiffre avec plus de destinations programmées. Face à Norwegian, Level doit montrer ses différences et ne saurait se contenter de deux ou trois rotations par base. Willie Walsh n’a jamais caché que "loin de cannibaliser les lignes à succès de British Airways, la low cost veut aller en ouvrir de nouvelles".

La force du groupe IAG réside aussi dans sa capacité à s’adapter très vite aux marchés porteurs et à intégrer les demandes formulées par les clients. Willie Walsh ne cache pas qu’il pourrait passer des commandes d’avion de BA vers Level. Et de préciser qu’il étudie attentivement le choix des nouvelles destinations pour aller sur des marchés susceptibles d’intéresser aussi le business travel.

Level prendra en France la place d’OpenSkies dés le début de l’exploitation à Orly en juillet prochain.