Il va falloir recruter 620 000 pilotes d’ici 2036

Face à la croissance du trafic aérien et au vieillissement de la population, l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a fait ses calculs. Le secteur aérien va devoir recruter et former 620 000 nouveaux pilotes d'ici 2036 pour répondre à la demande.

Lors du Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), la secrétaire générale de l'OACI Fang Liu a rappelé que le nombre de vols commerciaux devait selon les estimations doubler d'ici 2030 alors que celui des équipages "se contracte".

Les effectifs font, en effet, face à plusieurs contraintes : "Le vieillissement inévitable de la population, la baisse de la natalité et d'autres facteurs" comme "l'attraction des futurs talents par d'autres secteurs de haute technologie". Pour la secrétaire générale de l'OACI, l'aviation civile doit "faire mieux pour attirer et retenir les travailleurs qualifiés dont elle a besoin au cours des prochaines décennies".

Surtout que les besoins vont être importants. L'organisation estime qu'il faudra au moins 620 000 pilotes d'ici 2036 pour faire voler l'ensemble des avions de 100 places et plus. Fang Liu a ajouté lors de son intervention: "Et 80% des ces futurs aviateurs seront des nouveaux pilotes qui ne volent pas encore" poursuivant "C'est la même histoire pour les prochains contrôleurs aériens, le personnel de maintenance et autres techniciens".

L'essor de l'aérien s'explique par le développement du tourisme mais également du commerce en ligne dont les livraison sont effectuées à 90% par avions contre 16% il y a 8 ans.

L'autre challenge du secteur aérien réside dans les infrastructures. "Au moins 24 aéroports internationaux d'Afrique seront saturés et incapables de soutenir une hausse du trafic d'ici à peine deux ans", a rappelé Fang Liu.