Kenya: Uber s’attaque au marché des transports collectifs

Uber envisage de déployer un nouveau service au Kenya pour aider les utilisateurs à réserver des places dans les minibus qui circulent dans les rues de la capitale encombrée, si les tests du produit en Egypte et au Mexique se révèlent concluants.

Uber estime que plus d'un tiers des Kényans de Nairobi utilisent les minibus souvent bondés, appelés matatus, comme principal moyen de transport autour de la ville, a expliqué à l'agence Reuters le directeur général de Uber pour l'Afrique orientale. "Nous voulons faire partie de l'écosystème des transports à Nairobi et les matatus jouent un rôle important dans la façon dont les gens se déplacent ", a-t-il déclaré, ajoutant que cette fonctionnalité serait disponible sur l'application Uber.

La société exploite déjà Uber Pool et Uber Express Pool dans des villes telles que Londres et New York, de sorte que les chauffeurs de taxi peuvent transporter plus de passagers vers les mêmes destinations ou des destinations proches.

Une fois que le service aura fait ses preuves à Nairobi, il pourrait être étendu aux voisins du Kenya, comme Kampala, la capitale de l'Ouganda, et Dar es Salaam en Tanzanie. L'idée serait de l'appliquer aux véhicules transportant jusqu'à 16 personnes.